Archive for Clair2017

L’énigme Clair2017…

blogueClair2017Une autre page se tourne suite à la présentation du colloque Clair2017. J’ai pris l’habitude de réfléchir sur l’impact et sur le déroulement de cette activité qui continue de surprendre d’années en années. L’énigme Clair20xx est intéressante. On y retrouve plusieurs personnes qui proviennent de différents endroits et qui occupent différentes fonctions en éducation. Ces personnes se donnent rendez-vous dans une petite école, dans un petit village afin de discuter de grandes choses. Dans mes rencontres et discussions avec les participants, c’est souvent l’aspect humain et communautaire qui ressort. On parle de technologie certes, mais c’est l’énergie des rencontres qui semble surprendre le plus. Certaines personnes reviennent à Clair depuis huit ans, d’autres en sont à leur première expérience. Pour ma part, il serait difficile de cacher toute ma fierté ressentie en voyant notre communauté éducative rayonner et se serrer les coudes pour faire de cet évènement un succès.

Pour commencer, la communauté d’affaires, les instances gouvernementales et communautaires qui supportent depuis le tout début cette belle aventure de voir l’éducation autrement. Sans eux et leur support financier, un tel colloque serait impossible à organiser. De plus, je ressens une grande fierté pour les représentants qui participent à la cérémonie protocolaire du jeudi. Plusieurs personnes commencent à comprendre l’impact du colloque dans notre région et je suis content de voir que ce sentiment continue de grandir. La cérémonie protocolaire est donc importante pour faire un lien entre nos partenaires et les participants. Cette année, nous avons misé un peu plus qu’à l’habitude sur les talents de nos élèves. Dans le passé, nous avions quelques numéros de chant, mais cette année, c’est près d’une dizaine de chants qui ont été interprétés par nos élèves. La réponse et l’accueil du public furent excellents et je crois que ce sera à refaire dans les années à venir.

Pour ce qui est des conférenciers, nous avons encore cette année su offrir une variété dans les propos, dans les idées et dans les expériences. Ce n’est pas toujours évident de plaire à tout le monde, mais je crois que tout le monde peut y trouver son compte. Le but des conférences est d’amener les participants à réfléchir. Cela se fait en déstabilisant les gens et en présentant des idées nouvelles qui peuvent même déranger. Les discussions qui ont lieu par la suite sont importantes et le questionnement initié est bénéfique pour celui ou celle qui accepte le défi. Il est toujours possible de revoir les conférences grâce à un partenariat que nous avons avec l’Université de Moncton, Campus d’Edmundston (UMCE). Voici un autre exemple qui démontre que nous ne pourrions pas présenter un colloque d’une telle envergure sans l’apport de nos nombreux partenaires.

La session Ignite aura été pour plusieurs une belle surprise. On sentait dans la préparation de ceux et celles qui y ont pris part, la fierté, mais surtout l’engagement de vouloir partager et changer le monde. Dix minutes, ça passe vite, mais que peut-on dire à plus de 325 personnes pour qu’elles puissent comprendre nos propos ? Les participants ont relevé ce défi avec brio et méritent toute notre admiration. Il est aussi possible de réécouter ces présentations à partir de la page web officielle du colloque. Je félicite Jacques Cool et les participants, cette activité est maintenant un pilier du colloque.

J’ai aussi eu beaucoup de satisfaction à participer au BarCamp. Nous ne sommes pas habitués de fonctionner de cette façon et souvent, les participants n’osent pas toujours proposer des idées à discuter. Cette année, ce fut tout le contraire. Nous avons eu plusieurs personnes qui ont proposé des thèmes et les participants en ont redemandé. Nous avons dû nous ajuster en temps et nous avons dû présenter un seul bloc au lieu de deux. Dans mon groupe de discussion « Un Labo créatif, oui, mais pour faire quoi ? », plusieurs personnes se sont présentés et même après une heure de discussion, je sentais que les gens en voulaient plus. Je crois que les gens comprennent mieux le but de cette activité et qu’il faut continuer à la présenter. Il faut aussi s’assurer que dans notre horaire des activités que le temps du BarCamp soit protégé pour que nous puissions offrir au moins deux blocs l’an prochain. La distribution des locaux selon le nombre de gens qui veulent participer est un défi. La façon que nous l’avons faite cette année avec Mario et Patrick a été la meilleure selon moi, depuis Clair2010.

Le moment fort pour plusieurs participants et cela se reflète dans les sondages qui ont été complétés est sans contredit la Foire pédagogique et le Forum des pratiques gagnantes. Les élèves du CAHM sont fiers de présenter leurs projets. Ceux-ci se préparent depuis le mois de septembre et n’hésitent pas à discuter avec les participants du colloque. Cette activité pédagogique en soi est bénéfique pour eux. Ils sont bien articulés, ils font attention à leur vocabulaire, ils doivent se préparer à l’avance et font des liens entrent ce qu’ils apprennent en classe et ce qu’ils accomplissent dans leur implication dans des projets créatifs. Ils ne sont peut-être pas encore capables de tout nommer de leurs apprentissages, mais ils sont capables d’objectivation par la suite pour trouver ce qui a bien fonctionné, sur comment ils apprennent et sur comment s’améliorer. Ce n’est pas négligeable. Le colloque existe depuis 8 ans et à bien y penser, la plupart des élèves ne connaissent pas l’école sans celui-ci. Ça fait maintenant partie de nos gènes…  Pour ce qui est du Forum des pratiques gagnantes, sa place pendant le colloque est indéniable. Il se passe plusieurs beaux projets dans plusieurs écoles et la fenêtre que procure le Forum aux participants est importante. On a souvent tendance à croire que nous travaillons en isolation dans nos écoles lorsque nous voulons innover. Le Forum permet aux gens de développer leurs réseaux et de présenter leurs idées. C’est aussi en se préparant pour le Forum que les participants comprennent des choses qu’ils n’avaient pas encore réalisées. Cette activité est donc bonne pour les participants du colloque, mais aussi pour ceux qui font les présentations. Ça aussi ce n’est pas négligeable…

Un autre aspect du colloque est aussi les activités de réseautage qui atteignent leurs apogées lors des vins et fromages. On y discute quoi au juste ?  Je crois que c’est à ce moment que les neurones s’activent complètement pour valider et questionner de ce qui a été fait et vu pendant la journée. On planifie, on s’engage, on promet d’essayer quelque chose et on rêve. C’est un peu cela la magie de Clair. On se permet de rêver sans jugements et sans éteignoirs. Cela se fait dans le plaisir d’échanger et la satisfaction à contribuer à quelque chose de plus grand. Un jeune participant au colloque m’a confié que c’était la première fois qu’il sentait qu’il faisait partie de quelque chose en éducation, de quelque chose de grand…  Ça aussi ce n’est pas négligeable…

On fait quoi maintenant ?  Après 8 ans, il serait facile de s’assoir sur nos lauriers et continuer à refaire une recette qui semble être gagnante. À la fin de la conférence de Cyrille, c’est une question que Mario lui a posée. Selon Cyrille, il faut continuer à se questionner. Est-ce que nous avons encore besoin d’inviter des conférenciers de renoms, nos futurs conférenciers sont peut-être déjà assis dans la salle. Sans tout jeter, nous aurons à nous questionner pour voir comment continuer à offrir le meilleur colloque possible avec nos moyens, avec les intérêts qui permettront de toujours continuer à voir l’éducation autrement. Est-ce que Clair20xx est maintenant devenu un anti-colloque ?  Est-ce qu’il pourra continuer à attirer autant de personnes ?  Cette année, nous avons atteint notre capacité maximale d’accueil, je suis donc curieux de voir comment les inscriptions se feront au début de l’automne pour Clair2018.

Déjà sur Twitter, le hashtag #Clair2018 est actif et plusieurs contributions y figurent. Surréaliste, non ?  Pour ma part, je veux continuer à participer à cette rencontre, c’est évident, mais le défi sera selon moi de trouver un moyen d’attirer des gens qui sont septiques ou qui ne voient pas l’importance ou pire encore, l’urgence de voir l’éducation autrement. Si nous voulons faire l’éducation autrement, il sera important de le faire avec tous les intervenants des systèmes éducatifs. Cela n’est pas une mince tâche, mais ce sera possible. Déjà nous pouvons voir plusieurs personnes se questionner sur ce qui se passe à Clair. On essaie de comprendre l’énigme Clair2017 ?  La présence de l’émission La Sphère de la radio de Radio-Canada nous aide à faire rayonner les pratiques innovantes, mais surtout à discuter des vrais enjeux de l’éducation au 21e siècle. Je suis d’avis qu’il existe un schiste en éducation entre ceux et celles qui veulent faire autrement et ceux et celles qui ne veulent pas que ça change. L’écart s’agrandit d’année. Avec tout le mouvement de la désinformation, il est donc de plus en plus important de s’unir pour travailler et collaborer ensemble. Je dis souvent à l’école que ce n’est pas parque c’est difficile que nous ne le ferons pas. Nous le ferons et nous trouverons une façon de le faire, de le faire bien et de laisser des traces si cela peut aider d’autres personnes. Un colloque qui permet à des participants convaincus d’avance est bien, mais un colloque qui pourra rallier tous les convaincus et tous les détracteurs d’une éducation nouvelle serait tout simplement génial. Nous avons fait beaucoup de chemin ensemble depuis huit ans. Il en reste à faire, mais on peut dire que ce qui s’en vient sera époustouflant. La déCLAIRation 2017 nous donne des pistes de solution et je vous invite à aller la signer si cela n’est pas encore fait.

Je remercie le comité de programmation du colloque, les élèves, les membres du personnel du CAHM, les participants, les nombreux bénévoles, les commanditaires et les partenaires qui ont fait de cette 8e édition un beau succès collectif. Je lance déjà l’invitation pour le prochain colloque Clair2018 qui aura lieu du 25 au 27 janvier 2018. Un an, ça passe vite, nous sommes donc déjà en réflexion et nous espérons pouvoir vous accueillir pour cette 9e édition.

En terminant, plusieurs traces du colloque sont disponibles. Nous avons les archives des années passées qui sont en ligne, mais il y a aussi d’autres liens importants à retenir.

Voici une vidéo produite par la station de télévision CIMT-TV du groupe TVA suite à la visite d’un journaliste pendant la Foire pédagogique. Clair2017 n’est pas facile à expliquer à une personne qui n’y a jamais participé. Peut-être que le visionnement de cette vidéo aidera…

Je laisse le mot de la fin à notre nouvel ami Philippe Guillem avec son tweet qui place la table pour l’an prochain…

pguillem

On se dit à l’année prochaine !  🙂