Archive for Bamako

Mme. Samake et visite dans le quartier de Kalaban Coura…

Voici trois dernières vidéos suite au projet d’échange avec le Mali. Mme Samake est l’enseignante qui a été jumelée avec nous. De plus, la troisième vidéo est une marche dans le quartier de Kalaban Coura à Bamako.

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=YgUJHkw29G4?rel=0&w=300&h=250]
[youtube http://www.youtube.com/watch?v=TwmlN_NBU9E?rel=0&w=300&h=250]
[youtube http://www.youtube.com/watch?v=EKuxeELyUGQ?rel=0&w=300&h=250]

Carnet de voyage; Jour 16; Le retour à la maison…

Déja 16 jours sur le territoire Africain. Ma visite au Mali est maintenant terminée et j’en profite pour dresser un premier bilan. Premièrement, j’ai très hâte de voir les enfants et mon entourage. Je quitte Bamako avec le sens du devoir accompli et avec la satisfaction d’avoir appris plein de nouvelles choses. Nous avons travaillé beaucoup et le temps a passé vite. Notre projet avec l’école de Kalaban Coura sera aussi une belle occasion pour la communauté du Haut-Madawaska de faire la découverte d’une culture et d’en apprendre plus sur le développement international. Les membres du personnel et les élèves du CAHM seront invités à participer à leur façon au projet de jumelage. De plus, un volet ENVOL sera offert aux élèves de la 4e à la 8e année dès la fin septembre.
Travailler en contexte de développement international n’est pas toujours facile. Il y a premièrement le choc des différences culturelles et le développement de relations afin de pouvoir collaborer efficacement avec nos partenaires. Nous avons réussi en peu de temps de créer des liens qui j’ose croire, devraient durer longtemps. Il y avait aussi dans notre projet un défi de taille. C’était celui de la mise à niveau des technologies informatiques de nos partenaires. Ceux-ci n’avaient pas travaillé avec un ordinateur sauf, dans quelques cas d’utilisation du traitement de textes. L’utilisation du clavier et d’outils que nous prenons pour acquis chez nous, ont été obligatoire. L’attitude fait la différence. Lorsqu’une personne est ouverte et déterminée à apprendre, rien ne peut’arrêter. J’ai vu Mme Samake apprendre plus en deux semaines que certains enseignants canadiens en 5 ans…
De plus, j’ai eu la chance de vivre la culture malienne à plusieurs niveaux. Les Maliens sont très gentils et accueillants. Ils sont généreux, calmes et respectueux. J’ai vu beaucoup de gens heureux et fier en dépit de ce que nous pourrions penser. J’ai aussi vu la misère et les conditions de vie peu enviables. J’ai pu constater qu’ici, tout un village peut élever un enfant et que ceux-ci ressemblent à nos enfants. Ils sont curieux, ils aiment rire et jouer.
Je retourne aussi à la maison avec l’idée de devoir revoir certaines de mes pratiques et mon style de vie. Nous sommes riches, infiniment riches. Souvent nous développerons des idées noires avec un rien et nous sommes perpétuellement en quête de quelque chose de plus. J’ai tout ce que j’ai besoin pour vivre et même plus. J’en suis reconnaissant. J’ai aussi été touché par la ferveur religieuse démontrée par les musulmans en ce moi du Ramadan. Cela porte à réfléchir…
Nous devons donc apprendre à vivre le moment présent et s’assurer de faire le bien. Le monde s’en portera mieux… Comme le dit un vieux proverbe africain, je suis venu voir et cela est mieux que d’entendre 100 fois. J’espère que mes billets, mes photographies et mes vidéos seront utiles à la suite du projet. J’espère qu’elles susciteront un intérêt de la part des membres du personnel et des élèves. Nous avons une belle occasion de partager et de découvrir. Je crois que les écoles efficaces devront de plus en plus développer des projets de types internationaux. Nous avons les technologies pour y arriver et ces échanges peuvent être tellement plus signifiants pour nos élèves. L’an dernier quelques projets Skype ont été tentés par les enseignants du CAHM et cette année encore, ceux-ci seront encouragés à continuer dans cette voie. Avoir une meilleure connaissance du monde qui nous entoure et comprendre les enjeux importants de notre monde sont des habiletés du 21e siècle….
Pour voir l’ensemble de mes billets publiés lors de notre séjour au Mali, il suffit de cliquer ici. Les billets de Danis sont aussi disponibles sur le lien suivant. Merci de nous avoir suivis à distance, vos commentaires et réactions sont appréciés lorsqu’on se sent au bout du monde…
En terminant, je ne pouvais pas résisté, je vous laisse sur cette vidéo de Tiken Jah Fakoly; Promesses Blah Blah. Bonne réflixion !
[youtube http://www.youtube.com/watch?v=-W8PhlZoVQ0?rel=0&w=300&h=250]

Merci ! Les enfants ; Papa s’en vient !!! 😉

Voir nos bandes-annonces du Mali…

Pour s’amuser, nous avons créé Danis et moi deux bandes-annonces concernant notre séjour au Mali. La première est pour moi à la James Bon et l’autre pour Danis à la Bond Girl… 😉

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=iH_JLXZl-pw?rel=0&w=300&h=250]

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=u1lMY-FwTMQ?rel=0&w=300&h=250]

Une ballade en taxi dans les rues de Bamako…

Voici une courte vidéo d’une entrevue avec un chauffeur de taxi et une promenade dans les rues de Bamako.
Bonne route !!!
[youtube http://www.youtube.com/watch?v=5JnOxuUyhyQ?rel=0&w=300&h=250]

Carnet de voyage; Jour 15 ; Le marché ouff !!!

Petite journée aujourd’hui. Celle-ci a débuté lorsque nous avons appris sur Facebook qu’un ancien élève du CAHM avait trouvé la mort dans un accident de voiture. Le Haut-Madawaska est une petite communauté et rapidement, une page Facebook a été organisée à la mémoire de ce jeune homme. Mes pensées et prières vont à la famille Soucy…
Ce matin, nous sommes allés au grand marché de Bamako. Par où commencer ? Bon, disons que j’ai eu la chance d’aller dans plusieurs marchés dans le monde; en République dominicaine, à Cuba, au Mexique, À St-Ouen en France, à Hong Kong et à Singapour. Par contre rien ne m’avait préparé pour le grand marché de Bamako. La sollicitation des commerçants est vite devenue pénible. Il était impossible de décider par soi-même où aller, car nous étions constamment suivis par plusieurs personnes. Je suis rapidement devenu exaspéré et fatigué. Nous avons fait de bons achats, mais il faut marchander beaucoup. On voulait me vendre un drapeau du mali fait à la main pour 30 000 francs maliens (60 $ canadiens). Je l’ai eu à 2 000 francs maliens (4 $) et je sais que je me suis quand même fait avoir…

Nous avons commencé par le marché des artisans et nous avons vite réalisé que nous ne pourrions pas y circuler librement. Les étrangers sont rapidement identifiés et une rafale d’offre et de sollicitations commence. Je n’ai pas vraiment aimé cette expérience moi qui généralement adore les grands marchés publics. À un certain moment, j’ai du lever la voix, car quelqu’un voulait entrainer Danis dans une direction pour aller voir une boutique. Nous avons quitté franchement écoeurés… Mme Samake et notre chauffeur de Taxi nous accompagnaient, mais la chaleur a vite eu raison de nos forces. Nous avons donc été reconduire Mme Samaké dans le quartier de Kalaban Coura. Celle-c nous a inviter dans son logis pour rencontrer sa famille composée de 8 enfants. Ils sont bien gentils. Mme Samake vit dans une cour où logent quelques familles. Le tout est dans une cour fermée. Sa maison est modeste, mais accueillante et elle était très fière de nous présenter ses enfants à tour de rôle. Nous avons pris congé et à ce moment nous avons réalisé que c’était notre dernière rencontre. Les prochaines auront lieu virtuellement par Skype. Il y a une possibilité qu’elle vienne au Canada l’an prochain, mais il est impossible de le confirmer pour l’instant. Le processus de demande de visa au Canada est parfois difficile pour un Malien.
Nous avons terminé la journée à l’hôtel près de la piscine pour un repos bien mérité. Ce soir nous préparons nos bagages et demain sera une journée de repos totale avant le voyage de retour qui débutera vers 9 h 50 en soirée. Le retour sera de près de 24 heures dont 6heurs d’attente à Paris et 3 à Montréal. Nous avons bien hâte de revoir les nôtres. Il me restera à écrire un bilan de notre aventure au Mali. Je quitte avec plusieurs réponses et certaines questions. Le jumelage sera une belle occasion pour les élèves du CAHM d’en apprendre au sujet d’une autre culture. J’ai beaucoup de matériel vidéo et de montage à faire. L’avion sera un endroit par excellent pour travailler. De plus l’autre canadien présent; Gilles Robert a pris d’excellentes vidéos ce matin sur la lessive sur les rives du fleuve Niger et sur la religion musulmane. Décidément, on aura vu plusieurs choses…
Nous terminons notre voyage avec le sentiment du devoir accomplit. Nous avons appris beaucoup et nous espérons avoir aussi transmis des connaissances qui seront utiles à nos collègues maliens. À suivre…

Carnet de voyage; Jour 14; Visite au quartier de Kalaban Coura…

Belle journée aujourd’hui. Nous avons passé la majeure partie de la journée à la visite du quartier de Kalaban Coura. C’est dans ce quartier qu’est située l’école de Kalaban Coura qui fait partie de notre projet d’échange. Nous avons été assaillis positivement par plusieurs dizaines d’enfant tout au long de notre visite. Nous en avons profité pour faire deux vidéos que je devrais être en mesure de présenter bientôt. De plus, nous avons passé beaucoup de temps dans la salle de classe de Mme Samake. L’électricité est présente, mais l’absence de lumières et la vue de toutes sortes de fils électrique nous laissent croire qu’il faudra attendre pour que cela fonctionne. Dans la classe plusieurs pupitres. Elle accueille habituellement 70 élèves pour ses cours de sciences. Il n’y a pas de place pour brancher un ordinateur ou un projecteur. Il n’y a pas d’écran ou de vitre sur les fenêtres. Seul des volets sont en place et lorsque fermés, ne laissent pas passer assez de lumière. Tout un autre monde pour nous.

En après-midi, nous avons visité le parc National du Mali qui possède une belle collection de plantes indigènes du pays. Mon coup de coeur, une petite forêt de baobabs (voir la photo ci-dessous). Le baobab est l’arbre du Petit Prince… Demain, nous irons au grand marché de Bamako pour ensuite commencer à préparer les bagages. Jeudi ce sera un jour de repos avant de prendre l’avion de retour vers le Canada en soirée en passant par Paris, Montréal et Québec… De là, le retour dans notre monde…bien différent de celui-ci…

Encore Tiken Jah Fakoly…

Vous connaissez probablement le chanteur du groupe « The Police ». Sting a enregistré une chanson intitulée « English Man in New York ». Eh bien je vais de découvertes en découvertes. Le chanteur ivoirien et qui réside maintenant au Mali Tiken Jah Fakoly a repris cette chanson en français. Le titre; « Africain à Paris ». Je place ici les deux versions afin de pouvoir les apprécier toutes les deux. Bonne écoute;

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=d27gTrPPAyk?rel=0&w=300&h=250]

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=ATtFpc7N-js?rel=0&w=300&h=250]

Carnet de voyage; Jour 13; Une ballade en moto dans les rues de Bamako…

Journée de travail pour finaliser le projet de jumelage. Nous avons profité d’un moment de répit pour tourner un film sur l’utilisation de la moto comme moyen de transport. L’ami Maiga nous explique comment il utilise celle-ci. Pour débuter, je vous recommande de visionner la bande-annonce ci-dessous;
[youtube http://www.youtube.com/watch?v=iH_JLXZl-pw?rel=0&w=300&h=250]
Finalement pour voir l’intégrale, il suffit de regarder celle-ci ;
[youtube http://www.youtube.com/watch?v=deKJQFmzFiI?rel=0&w=300&h=250]
Demain, nous prendrons la direction de Kalaban Coura et du Jardin botanique de Bamako. D’autres vidéos pourraient suivre… De plus, il nous a été impossible de changer notre billet d’avion pour quitter plus tôt avec les autres amis canadiens. En fait nous aurions à débourser plus de 1300 $… Alors, nous attendrons… À suivre…

Carnet de voyage; Jour 12…

Journée administrative aujourd’hui. Nous en avons profité pour pratiquer les notions acquises en compagnie de Mme Samake et pour mettre de l’ordre dans notre wiki de collaboration. Ce soir nous irons manger au restaurant « Comme chez-soi ». Dans les prochains jours, nous terminerons le formation avec les outils du Web 2.0, retournerons à l’école de Kalaban Coura pour une visite, visiterons le Jardin botanique de Bamako et visiterons le grand marché. Le retour est prévu pour vendredi, mais il se peut que nous demandions de quitter une journée plus tôt étant donné que les autres Canadiens retourneront à ce moment. Cela dépendra des disponibilités de places. Pour le reste, il me reste à faire quelques courses et l’achat de souvenirs et de me reposer pour un voyage, qui sera long; Bamako-Paris, Paris-Montréal, Montréal-Québec et pour terminer Québec-Edmundston en auto. Il est le temps de prendre des forces…

Carnet de voyage; Jour 11

Nous avons pris la journée pour travailler avec Mme Samake à développer ses connaissances informatiques et pour préparer la suite de notre projet après notre départ. Mme Samake est très concentrée et veut apprendre. Elle a même publié son tout premier blogue par elle même. Elle part de loin et veut développer ses habiletés. Je profite donc d’une journée plus calme pour prendre un temps d’arrêt et réfléchir à notre voyage depuis notre départ. Ce soir nous avons Danis et moi, souper au restaurant « Le Poulet Show ». Encore une fois, nous avons été bien servis et accueillis. La brochette de poulet au miel et les tagliatelles à la sauce tomate étaient excellentes ! Nous avons par la suite été au super marché pour y découvrir plusieurs produits que nous retrouvons aussi au Canada. Les prix varient, mais j’ai vu un sac de 12 petites barres de chocolat « Bounty » pour près de 12 $. D’autres produits étaient moins cher, mais bon, on ne retrouve pas beaucoup de super marché à Bamako. Du moins pas comme chez nous…
J’ai souvent dit que j’aimais mon voyage au Mali et c’est vrai. Je ne sais pas si à cause de ma conversation Skype avec mes enfants, mais j’ai un peu le mal du pays. J’ai bien hâte de revenir à la maison. J’écris cela sans être amer, j’ai rencontré des gens fantastiques, mais à notre retour, notre périple aura duré près de 21 jours en comptant les 4 nuits à Paris. C’est long, peut-être un peu trop long… Au retour j’aurai à me préparer pour présenter une conférence à l’Institut des directions d’école qui aura lieu à Caraquet. de plus, la nouvelle année scolaire sera près et plusieurs travaux domestiques m’attendent.
Pour ce qui est du Mali, je vis présentement une expérience qui aura des répercussions sur mes choix de vie, sur ma façon de voir les choses et sur mon respect à entretenir pour respeter les différences. Les Maliens sont très gentils et j’ai vu du monde heureux ici; beaucoup de monde ! Nous avons des leçons à tirer sur l’expérience quotidienne que ces gens vivent au quotidien. Lors de mes visites, j’ai souvent pensé que moi j’avais la chance de rentrer à l’hôtel le soir… Sans vouloir jouer les missionnaires, je crois que nous pouvons aider les gens à développer leurs connaissances et si ma façon de la faire est en partageant mes connaissances, tant mieux.
À mon retour, je crois que j’aurai une plus grande appréciation de ma vie et des chances que j’ai, que j’ai eues et que j’aurai. Je pense souvent aux paroles de ma chanson préférée de Luc De Larochellière, « Si fragile »;

On marche sur l’or ou sur l’argile
Dépend de ce qu’on a reçu
On reste tout aussi fragile
Pourquoi donc se marcher dessus ?
Car la vie est si fragile…

Nous sommes choyés et nous devons apprendre à regarder le bon côté des choses en tout temps. J’ai aussi côtoyé des personnes de religions musulmanes et je suis bien impressionné par leur engagement religieux. Le début du mois du ramadan n’y est pas étrangé. Les gens jeûnent pour la plupart entre le levé et le coucher du soleil. Plusieurs personnes que je côtoie prient à au moins 3 reprises par jour et les mosquées sont remplies surtout les vendredis après-midi. Je retiens de ce jeûne que les gens veulent pouvoir se rappeler ce que signifie être pauvre et de ne pas avoir quelque chose pour manger à sa faim. De plus à la sortie de la mosquée on remet de l’argent aux mendiants. C’est une belle leçon à retenir.
Je continue à réfléchir sur les jours passés au Mali. J’ai bien aimé de faire la découverte de Tiken Jah Fakoly. Dans une de ses chansons, il chante;

Personne ne viendra
Changer l’Afrique en notre place
Je dis, personne ne viendra
Changer l’Afrique en notre place
Il faut se lever, lever, lever pour changer tout

Je crois qu’il a raison. La plus grande révolution de l’Afrique sera celle de l’éducation, de prendre en main le contrôle de ses richesses naturelles et de contrôler elle même sa destinée. Pour la première fois dans l’histoire, il est possible d’avoir accès à toutes les connaissances du monde à l’aide d’un câble internet. Il reste aux habitants de continuer leur recherche et d’avance. Le monde en sera que meilleur.
Je vous laisse avec les vidéos de Luc de la Rochellière (Si fragile) et de Tiken Jah Fakoly (Il faut se lever).
Bonne réflexion !

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=paIXqP9YjRo?rel=0&w=300&h=250]

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=ZCmY1lcPvgo?rel=0&w=300&h=250]

Le relief entre Bamako et Kita au Mali…

Je vous invite à une courte balade en voiture afin de voir le relief et la vue du voyage entre Bamako et Kita au Mali. Bonne route !

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=wA6IwlgAdE4?rel=0&w=300&h=250]

Une salle de classe typique du Mali…

Voici une courte vidéo qui montre une salle de classe typique au Mali qui souvent, peut accueillir jusqu’à 150 élèves à la fois.

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=mymut1vBOUM?rel=0&w=300&h=250]

Cuisson de beignets à Kita au Mali…

Lors de notre visite à Kita, nous avons eu la chance de voir à l’oeuvre une résidante qui tient un petit commerce sur la route tout près de l’école de Kita. Elle y prépare des beignets qu’elle vend aux passants. Deux beignets coûtent 25 francs. Ainsi 8 beignets nous a coûté 100 francs ce qui équivaut à près de 20 sous canadiens. On peut y voir Mme Samaké qui fait la traduction du bambara au français ainsi que Gilles Robert un enseignant de l’Alberta. À la fin de la vidéo, Maiga, un enseignant de Kita vient nous rejoindre. Voici donc la vidéo;
[youtube http://www.youtube.com/watch?v=RnRkRH7xUeU?rel=0&w=300&h=250]

Belle découverte; Tiken Jah Fakoly…

Hier, lors de notre voyage vers Kita, mon ami Sidibé, nous a fait entendre toutes sortes de musique de Mali. J’ai entendu la musique de Tiken Jah Fakoly. Le rythme et les paroles sont excellents. Fakoly est originaire de la Côte d’Ivoire, mais vit depuis 2003 au Mali. Il avait fait une apparition à l’émission « Tout le monde en parle ». En cherchant sur YouTube, j’ai trouvé une chanson que j’aime et l’extrait de l’émission. Je vous les offre ici;
[youtube http://www.youtube.com/watch?v=nB0XtJaUP-A?rel=0&w=300&h=250]

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=iEC-8005oXM?rel=0&w=300&h=250]

Carnet de voyage; Jour 10…

La journée a commencé abruptement lorsqu’on s’est aperçu que Danis faisait une réaction à son médicament. Comme elle avait déjà eu la picote, nous devions trouver d’autres explications. De force, j’ai réussi à l’emmener à l’ambassade du Canada. C’était ma première visite dans une ambassade et j’ai été surpris par le niveau de sécurité. Évidemment, nous avions oublié nos passeports dans le coffre fort de l’hôtel. Notre permis de conduire du Nouveau-Brunswick a fait l’affaire. Nous avons été fouillés et passés au détecteur de métal avant de pouvoir pénétrer dans l’enceinte de l’ambassade. Il fallait voir le visage de la préposée de l’ambassade qui regardait Danis. Elle était derrière une épaisse vitre et nous parlait dans un micro. Elle nous a dit qu’elle n’était pas médecin et nous a suggéré quelques médecins et cliniques. Maintenant, je comprends l’utilité de la vitre pour la préposée…
Nous avons repris la route en direction de la Polyclinique Pasteur de Bamako. En moins de 15 minutes, Danis avait rencontré le médecin, reçu une injection de médicament contre les allergies, eu une prescription de 3 autres médicaments et passé à la caisse pour régler la facture. Quelle efficacité ! Le médecin d’origine malienne était très gentil et a été formé à l’hôpital St-Justine de Montréal.
Lors de notre retour à l’hôtel nous avons bien fait rire notre chauffeur de taxi. En passant devant un marché de chèvres, nous lui avons expliqué qu’au Canada, on ne verrait pas un marché de chèvres vivantes en pleine ville. Nous lui avons expliqué que la viande achetée était généralement préparée en magasin. Ici on achète les chèvres pour les occasions spéciales. On lui a dit que si de tels marchés faisaient leur apparition au Canada, il y aurait probablement des manifestations pour sauver les chèvres. Il a ri un bon coup…
Nous avons terminé la journée à l’hôtel en nous reposant et en prenant une première vraie journée de congé depuis notre arrivée. La piscine de l’hôtel a donc été mise à profit. Demain, nous rencontrons à nouveau Mme Samaké afin de continuer à développer notre projet d’échange.
En terminant, voici mes photographies prises lors de notre visite de Kita. Mes photographies sont disponibles sur mon compte Flickr.
Merci de continuer à nous suivre…
.dtop,.dbottom{display:block;background: #ffffff /* <- Changez la couleur des coins ici */ } .dtop b,.dbottom b{display:block; height:1px;overflow:hidden; background:#000} .d1{margin:0 5px} .d2{margin:0 3px} .d3{margin:0 2px} .dtop .d4,.dbottom b.d4{margin:0 1px; height:2px}

Carnet de voyage; Jour 9…Visite à Kita…

La journée d’aujourd’hui était consacrée à la visite de la ville de Kita. Nous y avons mis 3 heures sur le goudron (route asphaltée) pour nous y rendre. Plein de bien belles choses à voir en chemin. Kita est une belle ville avec des habitants joyeux, heureux et fier. La rencontre avec le directeur de l’école de Kita, un certain monsieur Kouita a été intéressante. Les gens sont fiers de leur école et toute la communauté travail à son développement. L’école a été fondée vers les années 1880 et depuis, a été un leader de l’éducation au Mali. Le directeur en estgénéreux de son temps et la visite est organisée dans les plus petits détails. Après la visite des lieux, nous avons visité le directeur qui s’occupe de l’ensemble des écoles dans la région de Kita puis celui qui s’occupe de la formation des maîtres. C’est lui dans la photo ci-dessous. On remarquera que la bureaucratie n’épargne pas non plus les directeurs du Mali tout comme chez nous…

La visite s’est poursuivie chez le préfet de la ville. Il est une sorte de maire de la ville et il nous a reçus dans son bureau. Nous avons par la suite été invités au restaurant «La délivrance» pour le dîner. Nous avons repris le goudron vers 16 h. En route, nous avons fait un arrêt dans un village typique d’une communauté d’origine « Peuls ». Leurs maisons étaient rondes et les enfants du village semblaient surpris de voir des blancs apparaître dans leur coin de pays. Il fallait voir les enfants se sauver à l’arrivée de Danis qui est apparu après nous. Plusieurs enfants se sont mis à courir dans toutes les directions pour ensuite revenir. Ils voulaient nous donner la main et certains hésitaient et demeuraient à l’écart. On nous a fait visiter leur station de pompage et salué chaleureusement plusieurs fois.

Aller à Kita le jour est une chose, y revenir lorsqu’il fait noir et qu’il pleut en est une autre. Nous avons été témoins d’un accident de la route et les gens conduisent dans tous les sens. Le ciel de Bamako nous présentait des éclairs de toutes sortes et nous sommes finalement arrivés à l’hôtel vers 8h30 exténués, mais satisfaits d’une autre belle journée au Mali. Demain ce sera un jour de repos. Il y a une limite à tout ce qu’on peut faire et assimiler. Nous l’avons atteint pour aujourd’hui. Il nous reste encore 7 autres journées et nous voulons être en forme. J’ai eu la chance de faire quelques vidéos de ma visite à Kita. Je serai en mesure de vous les partager bientôt. À suivre…

Carnet de voyage; Jour 8… Le Point G…

Nous avons connu une autre belle journée. Pour ceux qui se le demandent, Danis va bien. Du moins elle va mieux… Le Cypro fait son travail et la fièvre a disparu. Elle s’est reposée lors de la journée de hier et le moral est très bon. Demain nous prendrons le direction de la ville de Kita. Cette ville dans l’est du Mali est à 2h30 de route. Nous sommes chanceux, car le voyage se fera sur le goudron de Bamako à Kita. Aujourd’hui, nous avons travaillé en compagnie des enseignants maliens à développer des indicateurs de rendement pour notre projet et à définir de plus en plus concrètement. Les élèves au CAHM seront choyés de pouvoir vivre un bel échange de partage.
Ce soir nous nous sommes rendus au Point G. Bon je m’explique pour les Canadiens à l’esprit pervers… Ici à Bamako, le Point G est un hôpital situé au-dessus le la plus grande colline de la ville. Le nom « Point G » vient du fait que la route est sinueuse et forme une espèce de « G » qu’on peut apercevoir lorsqu’on redescend. On dit à la blague que c’est la colline du pouvoir. Le président du Mali y habite dans sa suite présidentielle. Un peu plus loin dans la vile, une autre plus petite colline loge l’université. C’est la colline du savoir. Les Maliens disent qu’entre les deux, il y a la vallée de l’ignorance…
Une fois rendus au sommet, nous en avons profité pour nous promener dans un petit marché opéré en grande partie par des femmes et des enfants. Nous y avons acheté des beignets (Photographie de droite), des oranges, des arachides grillées et des bananes. Nous y avons découvert de vieilles voitures qui servent de taxi pour les habitants. Personnellement, je n’aurais pas pris le risque d’aller faire une balade. Nous avons terminé notre visite en nous rendant au restaurant Soukhothai qui malheureusement est fermé pour cause de rénovation. Nous nous sommes donc repliés sur le Café du Fleuve près du fleuve Niger. Ce restaurant tenu par un certain monsieur Paredes état rempli d’expatriés qui viennent y retrouver une ambiance décontractée avec de la cuisine française. Nous y avons mangé du boeuf cuit sur planche… Succulent !!!
J’ai bien hâte à notre sortie à Kita. Je compte bien voir un visage différent de la ville de Bamako. Nous aurons un peu de temps pour nous promener et pour discuter avec les gens. J’usqu’à maintenant tous les Maliens sont bien gentil avec nous. Ce soir au marché il y a eu un petit incident entre notre chauffeur de taxi et un employé d’un autre service de taxi. Celui-ci à la vue de mon appareil photo a commencé à crier qu’il ne voulait pas nous voir et que voulions seulement prendre des photos. Après une courte engueulade avec notre chauffeur, il s’est excusé et poursuivit sa route. J’ai pris l’habitude de demander la permission avant de prendre une photographie. Évidemment, ce n’est pas toujours possible pour les photographies plus grandes. Quelques jours passés, un policier m’a crié que je n’avais pas l’autorisation de le photographier. J’avais seulement pointé ma caméra dans une direction et comme la voiture roulait, le policier s’est retrouvé dans mon champ de vision. Décidément, le Mali est une belle école de vie…

Carnet de voyage; Jour 7

Cherchez « Pizza à Bamako » sur Google et vous arriverez probablement chez « Pizza Da Guido ». Après avoir mangé du poisson (généralement du capitaine), nous voulions faire différent. Nous nous sommes rendus chez Guido même s’il aurait pu venir délivrer à l’hôtel. J’aime bien ces sorties. Nous avons la chance de nous mêler à la population et voir toute sorte de choses. La pizza était excellente pour 5000 francs maliens. Cela équivaut à environ 10 $. Pour faire la conversion, le truc le plus rapide est de bouger la virgule de trois places vers la gauche et de multiplier par 2. Donc 5000 francs maliens devient 5,000 X 2 = 10 $.
En nous rendant à la pizzeria qui était dans le quartier de l’hippodrome, nous avons dû emprunter quelques ruelles qui étaient dans un état lamentable. La route était pratiquement inexistante et plusieurs gros cailloux longeaient le sol. Par contre, les efforts ont valu la peine et notre chauffeur était très gentil. Nous lui avons offert un Coca Cola en bouteille pour jaser un peu en sa compagnie en attendant la préparation de notre pizza par Guido. Celui-ci est un expatrié italien qui vit à Bamako depuis plusieurs années. En discutant avec notre chauffeur de taxi, celui-ci nous a expliqué qu’il a deux filles, mais qu’il veut vraiment avoir un garçon. Au Mali, ce sont les garçons qui héritent au moins 70 % de l’héritage familial et qui prennent soin de leurs parents vieillissants.
Pour ce qui est de notre projet de collaboration, celui-ci commence à prendre forme. La majeure partie de la journée a été utilisée afin de préparer un calendrier des activités et un plan pour la prochaine année. De plus, nous avons commencé à utiliser le courriel et Skype avec notre enseignante. La courbe d’apprentissage est grande, mais Mme Samaké est déterminée et veut profiter de chaque instant. J’apprends beaucoup moi aussi. Par exemple, nous avons réussi à s’appeler vis Skype, activer nos caméras vidéo, communiquer et partager nos écrans. Nous avons aussi réussi à nous partager des fichiers est de visionner des vidéos avec la fonction de « partage d’écran: sur Skype. Nous voulons utiliser des outils simples, performant, mais surtout gratuit. Nous espérons que Mme Samake pourra par la suite transmettre ses nouvelles connaissances à ses collègues et à ses élèves. Je crois que nous sommes sur la bonne voie. Il nous reste encore 9 jours pour continuer à pratiquer. Par contre, nous aimerions prendre du temps pour réaliser quelques vidéos sur la vie au Mali et nous espérons que cela sera possible. Nous irons à Kita jeudi de cette semaine et il devrait y avoir là bas quelques possibilités de tournage de vidéo. J’ai bien hâte de voir de mes yeux les chameaux du désert et leurs cavaliers.
À suivre…

Carnet de voyage; Jour 6

Une belle journée de travail. Nous avons profité de la journée pour continuer à préparer un projet de collaboration avec Mme Aissetou Samake de l’école de Kalaban Coura au Mali. Nous avons profité de la journée pour développer un wiki de collaboration et des activités de jumelage. Nous sommes crevés. Les Maliens partent de loin. Nous avons aujourd’hui créé un compte de courriel sur GMail pour Mme Samake, un compte Skype, donné de la formation et créé le wiki. Ce n’est pas une mince tâche. De plus, Mme Samake devrait recevoir sous peu un ordinateur portable avec l’accès sans fil au web. Un pas-de-géant en peu de temps…
En gros, au départ, nos activités ressemblaient à ceci;

En soirée nous avons décidé de rester à l’hôtel et de nous reposer un peu. Nous avons le ventre qui brasse un peu et comme il fait noir tôt, nous voulons nous reposer un peu. Jeudi, nous prendrons la direction de Kita. Nous devons décider si nous y passerons la nuit, car cette ville est à trois heures de route et que notre chauffeur ne peut pas conduire la nuit. Cela est exigé par son employeur. Heureusement que la route est goudronnée comme on dit au Mali…

Carnet de voyage; Jour 5… Le Pili Pili…

Journée plutôt tranquille aujourd’hui. Nous nous sommes levé tôt Danis et moi avant de pouvoir prendre une marche dans la ville. Nous avons marche près de 45 minutes our faire le tour du quartier pour passer près du monument de l’indépendance et revenir le long du fleuve Niger. Nous avons rencontré à nouveau les enseignants maliens avec qui nous avons développé une belle complicité. Nous rions beaucoup et échangeons sur plusieurs aspects de la vie au Canada ainsi qu’au Mali. Nous avons convenu Danis et moi de faire un projet d’échange avec Mme Samaké de l’école de Kalaban Coura au sud de Bamako. Nous utiliserons la technologie pour faire des échanges Skype et pour utiliser le courriel. Ensuite nous verrons. Comme cela est un nouvel apprentissage pour les enseignants maliens, nous prendrons du temps pour s’assurer qu’ils puissent utiliser ces outils plus facilement.
En soirée, nous nous sommes rendus au restaurant Pili Pili qui nous avait été suggéré par notre ami Cyrille. Nous nous y sommes rendus tout près de l’hippodrome. Le taxi nous a fait voir Bamako et le marché par une autre route. Nous y avons vu bien des choses et surtout la partie ou l’on vend les fruits et les légumes. Le Pili Pili est situé dans une ruelle en très mauvais état…. Il y avait d’énorme de trous, de déchets et des briques de toutes sortes. Des arbres renversés semblaient y être depuis plusieurs années et plusieurs personnes s’y retrouvaient. Nous sommes débarqués juste avant le coucher du soleil. J’ai dégusté le meilleur boeuf braisé du monde !!! Le repas était succulent et accompagne de couscous. Après deux heurs, nous sommes retournés à l’hôtel pour écrire et pour se reposer. Demain, on rencontre à nouveau les enseignants pour développer notre projet. À suivre…




Il est possible de voir toutes mes photographies sur mon site Flickr ainsi que l’ensemble de mes billets à date en cliquant sur les liens. De son côté, Danis a elle aussi placé ses billets du Mali sous archives.
Merci de continuer à nous suivre…