Archive for Acadiepédia

Ma présentation sur Acadiepédia à l’ACELF…

PrintJe serai présent vendredi pour présenter un atelier au Congrès 2016 de l’Association canadienne d’éducation de langue française (ACELF) à Québec.  J’aurai la chance d’y présenter le projet Acadiepédia et d’expliquer la démarche et le développement du projet.  Celui-ci maximise l’utilisation de plusieurs outils du WEB 2.0 dont le bloque, les WIKI, YouTube, Flicker, SoundCloud et le « Streaming audio ».  Le projet est ouvert à toutes les écoles de la francophonie.  Il est gratuit et sans publicité.

À l’origine de ce projet en 2014, je voulais développer un espace de publication gratuit et où je pourrais mettre à profit mes compétences TIC en travaillant de près avec des élèves de d’autres écoles de mon district et d’ailleurs.  Je voulais donner la chance à d’autres école d’utiliser ces outils comme j’ai réussi à le faire au CAHM, l’école que je dirige depuis près de 16 ans.  De plus, je voulais développer une structure qui permettrait à des élèves de tous les niveaux de coconstruire en utilisant des outils du WEB 2.0 en marge du Congrès mondial acadien de 2014.  C’est à ce moment que le projet Acadiepédia a pris son envol.

J’avais déjà présenté un projet similaire auparavant, mais comme je n’avais pas eu d’échos et de temps pour le réaliser, j’ai donc eu envie de le dépoussiéré et de le développer.  J’ai eu la chance d’avoir des gens qui dès le départ ont cru au potentiel rassembleur et pédagogique du projet.  En plus du DSF-NO, le groupe Place aux compétences a décidé lui aussi de supporter financièrement le projet.  D’autres commanditaires ont aussi permis d’avancer.

En gros, le site Acadiepédia comporte 3 parties majeures; un Wiki de collaboration, le Blogue des jeunes et la Radio des jeunes d’Acadiepédia.

Le WIKI de collaboration est un espace WEB où les élèves participants peuvent décrire leur communauté comme ils aimeraient que les visiteurs du WEB la découvrent.  Si on recherche sa communauté sur Wikipédia, on y retrouvera des informations.  Souvent, cette information est officielle et n’est pas aux vraies couleurs de la communauté.  Les élèves pourront donc développer une page de leur communauté avec leurs couleurs, leurs gens et leurs idées.  Déjà, les pages des communautés commencent à se développer, mais il est certain que ceci prendra du temps et qu’avec les années, le contenu deviendra de plus en plus important.  Sur le WIKI de collaboration, on retrouve aussi des listes de lectures de vidéos disponibles sur YouTube sur des sujets qui pourraient intéressés les jeunes d’Acadiepédia.  Il ne s’agit pas ici d’apporter les élèves sur YouTube, mais bien YouTube aux élèves.  Ils existe déjà plusieurs vidéos pertinentes et le Site d’Acadiepédia veut ramener sous un même toit toutes ces vidéos.  Que dire aussi de la musique francophone et acadienne sur YouTube.  Il y a en a beaucoup.  Pour faire connaitre celle-ci et développer la culture identitaire, une liste de lecture d’artistes acadiens est disponible.  Il est même possible de faire jouer ces chansons de manière aléatoire.   Souvent, les enseignants disent qu’ils n’ont pas accès à de la musique acadienne.  Avec Acadiepédia, l’accès à plusieurs vidéos de musique acadienne est possible.  Finalement, le WIKI de collaboration continent aussi des outils de recherche et de publication.  Celui-ci continuera d’évoluer avec le temps.

Le Blogue des jeunes permet aux élèves participants d’écrire en public et de participer à la rédaction d’articles sur un fil de presse WEB.  Les élèves peuvent écrire sur des sujets de leur choix et de partager avec d’autres élèves du même âge et de la région.  Déjà près de 1300 jeunes on accès à ce blogue et plusieurs enseignants intègrent petit à petit l’utilisation de cet outil pour apprendre à mieux écrire.  Il faut à l’occasion surmonter quelques mythes à l’utilisation du blogue dans un cadre scolaire, mais bon, les enseignants qui acceptent de faire l’expérience ont une belle ouverture à faire différemment.  Les billets sont archivés dans le temps et aussi par toutes sortes de catégories qui permettent aux enseignants et aux parents de suivre les participants.  Lorsqu’un enseignant me fait part qu’il aimerait participer, je me déplace dans sa classe pour quelques heures de formation et j’initie les élèves à la publication WEB.  Ceux-ci n’ont aucune difficulté et semblent aimer l’expérience.  Une page Facebook d’Acadiepédia est disponible et plusieurs billets sont ainsi partagés au grand public.  Avec le temps, le rythme de production devrait devenir plus important.  Je remarque que la différence tient souvent au fait qu’un enseignant encourage les élèves à écrire sur le blogue.  Comme ce n’est pas naturel au départ, il est important que les adultes au niveau des écoles encouragent les élèves à publier.  Lors qu’ils prennent aussi le temps d’aller placer des commentaires, la motivation s’accentue.

Logo_RadioDesJeunesLa Radio des jeunes permet aux participants de participer à la réalisation et à la production d’émissions de radio en format MP3.  Ces émissions sont ensuite ajoutées à une liste de lecture qui joue de manière aléatoire sur le WEB en utilisant le service USTREAM.CA.  J’ai été surpris de l’ampleur qu’a pris ce projet en ci peu de temps.  je suis agréablement surpris de la tournure des évènements et déjà, la Radio des jeunes compte plus de 100 heures de programmation.  Celle-ci continue d’évoluer avec le temps.  De plus, un espace pour mettre en ligne des fichiers de la radio est disponible pour les écoles participantes.  Cette page utilise SoundCloud et permet la création d’albums pour que les gens puissent écouter directement en ligne le contenu.

Fiche technique du projet;
ficheacadiepedia
Liens importants utilisés pendant ma présentation;

1- Le site officiel d’Acadiepédia

2- Le Blogue du Centre d’apprentissage du Haut-Madawaska (CAHM)

3- Le Labo créatif du CAHM

4- Les projets entrepreneuariaux du CAHM

5- Mon portfolio professionnel

6- Le site du colloque de Clair2016

7- Exemples de textes de qualité sur le Blogue des Jeunes

Je termine ce billet en disant que je me considère bien chanceux de pouvoir continuer à participer au développement d’un tel projet.  Je remercie la confiance de mes patrons, mais aussi celle des enseignants et des élèves qui osent faire différemment.  Ce n’est pas toujours facile d’innover, mais avec le temps je sens une plus grande ouverture.  Je crois aussi que les gens se sentent accompagnés.  Bien que je n’ai pas assez d’heures dans la journée pour tout faire ce que j’aimerais faire, le projet avance de jour en jour, de mois en mois…  Je rêve au jour où nous pourrons accueillir des élèves d’autres communautés francophones du Nouveau-Brunswick, du Canada et pourquoi pas du monde entier.  je crois aussi qu’avant de courir, il faut ramper, puis marcher…  C’est la raison de ma participation et de la présentation de mon atelier.

Merci de nous suivre sur Acadiepédia !!!

Le Blogue des Jeunes… Écrire pour apprendre à écrire…

22082016Le blogue est un outil puissant pour améliorer l’écriture. Écrire dans un contexte réel permet aux élèves de mieux se préparer et d’avoir un plus grand public lors de la publication de leurs textes. Évidemment, il arrive à l’occasion qu’il y ait des erreurs. Les élèves sont en apprentissage (je le suis aussi) et si nous attendons qu’ils écrivent sans faire de fautes avant de publier, ils ne le feront peut-être jamais. Notre obsession avec les fautes d’orthographe est intéressante. Plusieurs personnes n’osent pas publier des textes, car ils ont peur de la critique. Je ne parle pas ici de commentaires sur Facebook qui dilapident la langue française, mais de textes informatifs ou des travaux de rédactions dans le but d’apprendre à mieux écrire. Je fais souvent l’allusion au tennis et à Eugénie Bouchard lors de mes conférences. Pour devenir une championne au tennis, Eugénie a dû pratiquer et participer à des tournois devant public. Elle a surement commis plusieurs erreurs, mais elle a quand même persévéré. Ses entraineurs lui ont donné des indications pour s’améliorer, mais par souci d’encouragement, ils ont surement débuté avec ce qui était le plus pressant. Ses défis lui ont été présentés un à un avec le souci de l’amélioration constante. Pourquoi ne serait-ce pas la même chose pour l’apprentissage de l’écriture ?

Le Blogue des Jeunes permet aux enseignants qui le désirent de permettre à leurs élèves d’écrire dans un espace sécuritaire et gratuit. Il n’y a pas de publicité et les textes sont répertoriés dans des catégories choisies par les élèves. De plus, il est possible pour un enseignant de suivre seulement les textes de ses élèves. Il est aussi possible pour les parents de s’abonner par courriel au compte de leur enfant et de recevoir des alertes lors de la publication de textes par ceux-ci. Il est possible de partager les textes sur les réseaux sociaux et de laisser des commentaires si l’auteur le permet.  Le blogue peut être utile autant en sciences qu’en histoire et en mathématiques.  Dans notre école, tous les enseignants ont le souci de l’apprentissage du français et pas seulement l’enseignant du cours de français.  Une procédure de publication est suggérée aux élèves et il est possible pour les élèves qui le désirent, que les billets soient en mode « brouillon » et non publié. À ce moment, un enseignant peut ensuite faire une procédure de vérification avant que le billet soit publié.

Pour créer des comptes, il suffit d’utiliser le bouton intitulé « Ouvrir un compte gratuit » dans la colonne de droite du Blogue des Jeunes. Par la suite, il suffit pour un enseignant d’entrer en communication avec moi pour définir les catégories de leur choix afin de commencer à publier. Plusieurs recherches démontrent l’impact du numérique sur les apprentissages.  J’aimerais attirer votre attention plus particulièrement sur celle-ci concernant l’utilisation des blogues en milieu scolaire.

En terminant, vous pouvez aller lire un ancien billet que j’ai écrit concernant 10 mythes concernant l’utilisation des blogues dans un cadre scolaire.

Au plaisir de lire les textes de vos élèves sur Le Blogue des Jeunes !!!

Innover à l’école en 2016…

21082016Je suis à me préparer pour la rentrée scolaire 2016. Je serai de retour à la suite d’un congé différé de 8 mois qui m’a permis de faire le plein d’énergie et de faire une pause professionnelle. Le temps a passé vite et j’ai eu la chance avec mon épouse, de réaliser plusieurs projets de voyages et autre. Je réalise que je suis gâté par la vie et que ces moments de reculs m’ont permis d’apprécier bien des choses sur le plan personnel que professionnel.

Lorsqu’on prépare une rentrée scolaire, il est important de prendre un temps d’arrêt pour regarder où l’on est et où on veut aller. Au CAHM, j’ai la chance de travailler avec une équipe qui veut développer plusieurs projets permettant aux élèves d’apprendre de façon innovante. Ce n’est pas un secret ; que ce soit par notre projet de Labo créatif, le site Acadiepédia ou le colloque Clair2017, nous essayons de développer une culture collaborative et de faire rayonner nos pratiques éducatives. À mon retour, je constate que même après 8 mois de congé, les mêmes défis sont toujours au rendez-vous. Dans les médiaux (ici et ici ), on se pose les mêmes questions à savoir si l’utilisation des nouvelles technologies est utile et apporte une valeur ajoutée aux apprentissages. Les amateurs de données probantes questionnent la pertinence des approches innovantes et cherchent les recherches qui démontrent leur efficacité. Nous sommes dans le domaine de l’innovation et bien entendu, les nouvelles recherches tardent à se faire connaitre. Pourtant, il existe déjà plusieurs recherches qui démontrent déjà l’impact du numérique. Certaines personnes semblent trouver que ce n’est pas encore suffisant alors que d’autres croient qu’il faut avancer et aller de l’avant plus rapidement. Difficile de concilier schiste qu’on retrouve entre les pédagogues qui aimeraient une pédagogie de type traditionnelle et ceux qui veulent que ça change et que se soit différent. Le débat devient encore plus difficile lorsque tous mettent leurs grains de sel selon leurs expériences personnelles, leurs gouts et leurs besoins. Ces discussions bien souvent à sens unique et cacophonique tournent généralement en rond. Au fond, nous voulons tous les meilleurs apprentissages possible pour les élèves. Reste maintenant à définir ce qui semble le plus important. Des vidéos comme celles-ci circulent sure le web ;

D’autres expliquent l’importance de la créativité et de la curiosité chez les enfants ;

Le monde de l’éducation au Canada est à un point charnière (et de non-retour). Il faut maintenant mettre tout en œuvre pour définir une politique claire de l’utilisation des nouvelles technologies dans les écoles. Les provinces habituellement tendent à réinventer la roue dans leurs coins. Voici une belle occasion de collaborer ensemble et de définir les bases qui seront utiles aux jeunes Canadiens. Il faut que ces politiques soient plus claires et flexibles. Si nous échouons, cela démontrera à quel point la bureaucratie aura consommé nos façons de se renouveler. De toute façon, attendre serait pire… C’est certain et nous n’avons pas besoin de méta-analyses pour nous le confirmer… Si cela peut nous aider tant mieux, mais bon, il existe plusieurs excuses pour ne rien faire et ne rien tenter… Je suis pour l’utilisation de données probantes en éducation et il existe de bonnes pistes dans les travaux de John Hattie et ailleurs. Je crois qu’il ne faut pas mettre tous nos œufs dans le même panier. Il faut continuer à encourager l’innovation et aider les gens qui veulent aller de l’avant. Il faut aussi encourager TOUS les enseignants à prendre des risques calculés et leur donner les outils dont ils ont besoin. Il faut revoir nos pratiques et continuer à partager ce qui se fait de bien. Il faut éliminer schiste en éducation et travailler à ce que tous les enseignants voient l’innovation pédagogique comme un domaine de recherche-action pertinent et nécessaire à la réussite de tous les élèves.

Il faut aussi apprendre à écrire en public et partager nos découvertes sur les médias sociaux. Je crois encore que le blogue scolaire reste le meilleur moyen pour que des enseignants et des élèves puissent réfléchir à haute voix et pour partager tout ce qui se fait de bien en éducation. Je rêve peut-être, c’est mon droit. C’est aussi ce qui me permet d’avancer dans mon travail de jour en jour. Plusieurs personnes rêvent comme moi, mais n’osent pas en parler à cause de la critique, des commentaires et autre. C’est dommage. Pour ma part, la vraie éducation réside dans l’appropriation d’une capacité à débattre, de réfléchir et de développer sa pensée critique. La vraie éducation réside dans la possibilité de former des personnes autonomes, libres, capables de réfléchir et actives dans leurs communautés. Notre but n’est pas de développer des travailleurs seulement capables de faire des tâches répétitives dans une usine ou de demeurer silencieux devant les injustices de ce monde. Comment est-ce que nos élèves développeront ces habiletés si nous ne le faisons pas nous-mêmes. Ne sous-estimons pas nos élèves. Ils sont capables de tellement plus… Pour vous en convaincre, allez voir les billets d’élèves de 12-13 ans du Carrefour de l’Acadie de Dieppe sur le Blogue des Jeunes d’Acadiepédia. Ce que cette enseignante a réalisé à faire avec ses élèves est incroyable. Imaginez si tous les enseignants choisissaient d’en faire de même…

Nous aurons besoin d’accompagner les enseignants et les encourager à prendre des risques. La recherche le dit (ici).

Pendant ce temps, les enfants du 3e millénaire arrivent dans les collèges et ceux qui les accueils ne savent pas trop comment les prendre.  Nos élèves seront prêts…  Et vous ?

Je suis de retour… 😉

Ma présentation sur Acadiepédia au Grand rassemblement de l’éducation en français…

PrintJe serai présent demain pour présenter un atelier au colloque du Grand rassemblement de l’éducation en français (GREF) à Moncton au Nouveau-Brunswick.  J’aurai la chance d’y présenter le projet Acadiepédia et d’expliquer la démarche et le développement du projet.  Celui-ci maximise l’utilisation de plusieurs outils du WEB 2.0 dont le bloque, les WIKI, YouTube, Flicker, SoundCloud et le « Streaming audio ».  Le projet est ouvert à toutes les écoles de la francophonie.  Il est gratuit et sans publicité.

À l’origine de ce projet en 2014, je voulais développer un espace de publication gratuit et où je pourrais mettre à profit mes compétences TIC en travaillant de près avec des élèves de d’autres écoles de mon district et d’ailleurs.  Je voulais donner la chance à d’autres école d’utiliser ces outils comme j’ai réussi à le faire au CAHM, l’école que je dirige depuis près de 16 ans.  De plus, je voulais développer une structure qui permettrait à des élèves de tous les niveaux de coconstruire en utilisant des outils du WEB 2.0 en marge du Congrès mondial acadien de 2014.  C’est à ce moment que le projet Acadiepédia a pris son envol.

J’avais déjà présenté un projet similaire auparavant, mais comme je n’avais pas eu d’échos et de temps pour le réaliser, j’ai donc eu envie de le dépoussiéré et de le développer.  J’ai eu la chance d’avoir des gens qui dès le départ ont cru au potentiel rassembleur et pédagogique du projet.  En plus du DSF-NO, le groupe Place aux compétences a décidé lui aussi de supporter financièrement le projet.  D’autres commanditaires ont aussi permis d’avancer.

En gros, le site Acadiepédia comporte 3 parties majeures; un Wiki de collaboration, le Blogue des jeunes et la Radio des jeunes d’Acadiepédia.

Le WIKI de collaboration est un espace WEB où les élèves participants peuvent décrire leur communauté comme ils aimeraient que les visiteurs du WEB la découvrent.  Si on recherche sa communauté sur Wikipédia, on y retrouvera des informations.  Souvent, cette information est officielle et n’est pas aux vraies couleurs de la communauté.  Les élèves pourront donc développer une page de leur communauté avec leurs couleurs, leurs gens et leurs idées.  Déjà, les pages des communautés commencent à se développer, mais il est certain que ceci prendra du temps et qu’avec les années, le contenu deviendra de plus en plus important.  Sur le WIKI de collaboration, on retrouve aussi des listes de lectures de vidéos disponibles sur YouTube sur des sujets qui pourraient intéressés les jeunes d’Acadiepédia.  Il ne s’agit pas ici d’apporter les élèves sur YouTube, mais bien YouTube aux élèves.  Ils existe déjà plusieurs vidéos pertinentes et le Site d’Acadiepédia veut ramener sous un même toit toutes ces vidéos.  Que dire aussi de la musique francophone et acadienne sur YouTube.  Il y a en a beaucoup.  Pour faire connaitre celle-ci et développer la culture identitaire, une liste de lecture d’artistes acadiens est disponible.  Il est même possible de faire jouer ces chansons de manière aléatoire.   Souvent, les enseignants disent qu’ils n’ont pas accès à de la musique acadienne.  Avec Acadiepédia, l’accès à plusieurs vidéos de musique acadienne est possible.  Finalement, le WIKI de collaboration continent aussi des outils de recherche et de publication.  Celui-ci continuera d’évoluer avec le temps.

Le Blogue des jeunes permet aux élèves participants d’écrire en public et de participer à la rédaction d’articles sur un fil de presse WEB.  Les élèves peuvent écrire sur des sujets de leur choix et de partager avec d’autres élèves du même âge et de la région.  Déjà près de 1300 jeunes on accès à ce blogue et plusieurs enseignants intègrent petit à petit l’utilisation de cet outil pour apprendre à mieux écrire.  Il faut à l’occasion surmonter quelques mythes à l’utilisation du blogue dans un cadre scolaire, mais bon, les enseignants qui acceptent de faire l’expérience ont une belle ouverture à faire différemment.  Les billets sont archivés dans le temps et aussi par toutes sortes de catégories qui permettent aux enseignants et aux parents de suivre les participants.  Lorsqu’un enseignant me fait part qu’il aimerait participer, je me déplace dans sa classe pour quelques heures de formation et j’initie les élèves à la publication WEB.  Ceux-ci n’ont aucune difficulté et semblent aimer l’expérience.  Une page Facebook d’Acadiepédia est disponible et plusieurs billets sont ainsi partagés au grand public.  Avec le temps, le rythme de production devrait devenir plus important.  Je remarque que la différence tient souvent au fait qu’un enseignant encourage les élèves à écrire sur le blogue.  Comme ce n’est pas naturel au départ, il est important que les adultes au niveau des écoles encouragent les élèves à publier.  Lors qu’ils prennent aussi le temps d’aller placer des commentaires, la motivation s’accentue.

Logo_RadioDesJeunesLa Radio des jeunes permet aux participants de participer à la réalisation et à la production d’émissions de radio en format MP3.  Ces émissions sont ensuite ajoutées à une liste de lecture qui joue de manière aléatoire sur le WEB en utilisant le service USTREAM.CA.  J’ai été surpris de l’ampleur qu’a pris ce projet en ci peu de temps.  je suis agréablement surpris de la tournure des évènements et déjà, la Radio des jeunes compte plus de 100 heures de programmation.  Celle-ci continue d’évoluer avec le temps.  De plus, un espace pour mettre en ligne des fichiers de la radio est disponible pour les écoles participantes.  Cette page utilise SoundCloud et permet la création d’albums pour que les gens puissent écouter directement en ligne le contenu.

Fiche technique du projet;
ficheacadiepedia
Liens importants utilisés pendant ma présentation;

1- Le site officiel d’Acadiepédia

2- Le Blogue du Centre d’apprentissage du Haut-Madawaska (CAHM)

3- Le Labo créatif du CAHM

4- Les projets entrepreneuariaux du CAHM

5- Mon portfolio professionnel

6- Le site du colloque de Clair2016

Je termine ce billet en disant que je me considère bien chanceux de pouvoir continuer à participer au développement d’un tel projet.  Je remercie la confiance de mes patrons, mais aussi celle des enseignants et des élèves qui osent faire différemment.  Ce n’est pas toujours facile d’innover, mais avec le temps je sens une plus grande ouverture.  Je crois aussi que les gens se sentent accompagnés.  Bien que je n’ai pas assez d’heures dans la journée pour tout faire ce que j’aimerais faire, le projet avance de jour en jour, de mois en mois…  Je rêve au jour où nous pourrons accueillir des élèves d’autres communautés francophones du Nouveau-Brunswick, du Canada et pourquoi pas du monde entier.  je crois aussi qu’avant de courir, il faut ramper, puis marcher…  C’est la raison de ma participation et de la présentation de mon atelier.

Merci de nous suivre sur Acadiepédia !!!

Ma présentation au Colloque Branché sur l’élève…

PrintJe serai présent demain pour présenter un atelier au colloque « Branché sur l’élève » présenté aux écoles privés de la région de Québec.  Ce colloque est organisé par le Cadre 21, Cylabe interactif et la Fédération des établissements d’enseignement privés du Québec (FEEP).  J’aurai la chance de présenter le projet Acadiepédia et d’expliquer la démarche et le développement du projet.  Celui-ci maximise l’utilisation de plusieurs outils du WEB 2.0 dont le bloque, les WIKI, YouTube, Flicker, SoundCloud et le « Streaming audio ».  Le projet est ouvert à toutes les écoles de la francophonie.  Il est gratuit et sans publicité.

À l’origine de ce projet en 2014, je voulais développer un espace de publication gratuit et où je pourrais mettre à profit mes compétences TIC en travaillant de près avec des élèves de d’autres écoles de mon district et d’ailleurs.  Je voulais donner la chance à d’autres école d’utiliser ces outils comme j’ai réussi à le faire au CAHM, l’école que je dirige depuis près de 16 ans.  De plus, je voulais développer une structure qui permettrait à des élèves de tous les niveaux de coconstruire en utilisant des outils du WEB 2.0 en marge du Congrès mondial acadien de 2014.  C’est à ce moment que le projet Acadiepédia a pris son envol.

J’avais déjà présenté un projet similaire auparavant, mais comme je n’avais pas eu d’échos et de temps pour le réaliser, j’ai donc eu envie de le dépoussiéré et de le développer.  J’ai eu la chance d’avoir des gens qui dès le départ ont cru au potentiel rassembleur et pédagogique du projet.  En plus du DSF-NO, le groupe Place aux compétences a décidé lui aussi de supporter financièrement le projet.  D’autres commanditaires ont aussi permis d’avancer.

En gros, le site Acadiepédia comporte 3 parties majeures; un Wiki de collaboration, le Blogue des jeunes et la Radio des jeunes d’Acadiepédia.

Le WIKI de collaboration est un espace WEB où les élèves participants peuvent décrire leur communauté comme ils aimeraient que les visiteurs du WEB la découvrent.  Si on recherche sa communauté sur Wikipédia, on y retrouvera des informations.  Souvent, cette information est officielle et n’est pas aux vraies couleurs de la communauté.  Les élèves pourront donc développer une page de leur communauté avec leurs couleurs, leurs gens et leurs idées.  Déjà, les pages des communautés commencent à se développer, mais il est certain que ceci prendra du temps et qu’avec les années, le contenu deviendra de plus en plus important.  Sur le WIKI de collaboration, on retrouve aussi des listes de lectures de vidéos disponibles sur YouTube sur des sujets qui pourraient intéressés les jeunes d’Acadiepédia.  Il ne s’agit pas ici d’apporter les élèves sur YouTube, mais bien YouTube aux élèves.  Ils existe déjà plusieurs vidéos pertinentes et le Site d’Acadiepédia veut ramener sous un même toit toutes ces vidéos.  Que dire aussi de la musique francophone et acadienne sur YouTube.  Il y a en a beaucoup.  Pour faire connaitre celle-ci et développer la culture identitaire, une liste de lecture d’artistes acadiens est disponible.  Il est même possible de faire jouer ces chansons de manière aléatoire.   Souvent, les enseignants disent qu’ils n’ont pas accès à de la musique acadienne.  Avec Acadiepédia, l’accès à plusieurs vidéos de musique acadienne est possible.  Finalement, le WIKI de collaboration continent aussi des outils de recherche et de publication.  Celui-ci continuera d’évoluer avec le temps.

Le Blogue des jeunes permet aux élèves participants d’écrire en public et de participer à la rédaction d’articles sur un fil de presse WEB.  Les élèves peuvent écrire sur des sujets de leur choix et de partager avec d’autres élèves du même âge et de la région.  Déjà près de 1300 jeunes on accès à ce blogue et plusieurs enseignants intègrent petit à petit l’utilisation de cet outil pour apprendre à mieux écrire.  Il faut à l’occasion surmonter quelques mythes à l’utilisation du blogue dans un cadre scolaire, mais bon, les enseignants qui acceptent de faire l’expérience ont une belle ouverture à faire différemment.  Les billets sont archivés dans le temps et aussi par toutes sortes de catégories qui permettent aux enseignants et aux parents de suivre les participants.  Lorsqu’un enseignant me fait part qu’il aimerait participer, je me déplace dans sa classe pour quelques heures de formation et j’initie les élèves à la publication WEB.  Ceux-ci n’ont aucune difficulté et semblent aimer l’expérience.  Une page Facebook d’Acadiepédia est disponible et plusieurs billets sont ainsi partagés au grand public.  Avec le temps, le rythme de production devrait devenir plus important.  Je remarque que la différence tient souvent au fait qu’un enseignant encourage les élèves à écrire sur le blogue.  Comme ce n’est pas naturel au départ, il est important que les adultes au niveau des écoles encouragent les élèves à publier.  Lors qu’ils prennent aussi le temps d’aller placer des commentaires, la motivation s’accentue.

Logo_RadioDesJeunesLa Radio des jeunes permet aux participants de participer à la réalisation et à la production d’émissions de radio en format MP3.  Ces émissions sont ensuite ajoutées à une liste de lecture qui joue de manière aléatoire sur le WEB en utilisant le service USTREAM.CA.  J’ai été surpris de l’ampleur qu’a pris ce projet en ci peu de temps.  je suis agréablement surpris de la tournure des évènements et déjà, la Radio des jeunes compte plus de 100 heures de programmation.  Celle-ci continue d’évoluer avec le temps.  De plus, un espace pour mettre en ligne des fichiers de la radio est disponible pour les écoles participantes.  Cette page utilise SoundCloud et permet la création d’albums pour que les gens puissent écouter directement en ligne le contenu.

Fiche technique du projet;
ficheacadiepedia
Liens importants utilisés pendant ma présentation;

1- Le site officiel d’Acadiepédia

2- Le Blogue du Centre d’apprentissage du Haut-Madawaska (CAHM)

3- Le Labo créatif du CAHM

4- Les projets entrepreneuariaux du CAHM

5- Mon portfolio professionnel

6- Le site du colloque de Clair2016

Je termine ce billet en disant que je me considère bien chanceux de pouvoir continuer à participer au développement d’un tel projet.  Je remercie la confiance de mes patrons, mais aussi celle des enseignants et des élèves qui osent faire différemment.  Ce n’est pas toujours facile d’innover, mais avec le temps je sens une plus grande ouverture.  Je crois aussi que les gens se sentent accompagnés.  Bien que je n’ai pas assez d’heures dans la journée pour tout faire ce que j’aimerais faire, le projet avance de jour en jour, de mois en mois…  Je rêve au jour où nous pourrons accueillir des élèves d’autres communautés francophones du Nouveau-Brunswick, du Canada et pourquoi pas du monde entier.  je crois aussi qu’avant de courir, il faut ramper, puis marcher…  C’est la raison de ma participation et de la présentation de mon atelier.

Merci de nous suivre sur Acadiepédia !!!

Nouvelle feuille de route requise pour la translittératie…

robotL’utilisation des nouvelles technologies soulève plusieurs questions et les directions d’école n’y échappent pas. Souvent la peur devient l’élément central de la prise de décision et comme je l’avais mentionné dans le billet suivant, la peur d’avoir peur fait souvent prendre des décisions rapidement et de manière à éviter les malaises. Comme direction d’école, nous avons à l’occasion, à bousculer les idées préconçues de ce que devrait être l’école idéale. Nous avons à décider si nous voulons être des gardiens du temps ou de musée ou si plutôt nous voulons engager notre école et notre communauté dans un mouvement qui préparera les élèves pour leur monde à eux. Je n’ai pas à vous convaincre de l’importance d’apprendre à lire, à écrire et l’importance de bien se débrouiller en mathématique. Comme l’a mentionné Thérèse Laferrière dans sa conférence à Clair2016, il faut enseigner à lire pour apprendre. Le mouvement de la littéracie est en marche et les écoles y adhèrent même si l’idée d’un enseignement efficace de la lecture et de l’écriture est à mainte fois bousculée. Plusieurs enseignants ont dû revoir leurs pratiques pédagogiques et plusieurs autres doivent encore faire un examen de conscience. La résistance à faire autrement est telle que souvent, on s’invente toutes sortes d’excuses pour se faire croire que nous sommes dans le bon chemin. Il existe des données probantes (expression à la mode cette année) et les enseignants ont l’obligation de les inclure dans leur pratique pédagogique. Pour y arriver, ils ont besoin d’accompagnement et de confronter leurs idées avec leurs collègues et avec leurs directions d’école. Pour ce qui est de l’innovation, l’utilisation de données probantes devient plus nébuleuse. Si on les attend, l’innovation est difficile à faire voir impossible. Au rythme où vont les changements en éducation qui semble encore être calée d’un modèle industriel du 20e siècle, l’innovation pourrait ne jamais mettre les pieds dans la salle de classe. Innover n’est pas toujours facile, mais comme je l’ai expliqué à Clair2016, il faut s’acheter une petite tortue en porcelaine et la regarder souvent. Le changement prend du temps et n’avance pas vite. Comme la tortue, même si le changement avance lentement, il avance. Mon patron m’avait suggéré l’achat d’une telle tortue. Elle m’est désormais très précieuse pour mettre en contexte mon travail à la direction.

Pour arriver à débattre de nos pratiques pédagogiques avec notre personnel enseignant, il est important de développer une culture de collaboration avec ceux-ci et de leur donner une marge de manœuvre. Les communautés d’apprentissage pédagogique (une autre expression à la mode) sont un bon outil, mais il ne suffit pas de les instaurer pour que la magie du changement arrive. Si l’école ne dispose pas d’un milieu qui préconise la prise de risque, les échanges honnêtes et la divergence d’opinions, les gens apprennent assez vite à jouer le jeu de la personne gentille pour son patron. Rien n’avance à ce moment et même si on a l’impression que tout va bien et que tous sont heureux, il se peut que peu de changements importants se produisent. Comme le dit bien Ken Robinson, c’est un peu comme lorsque nous disons que nous faisons une diète amaigrissante. Il se peut qu’on fasse la diète, mais si on ne perd pas de poids, c’est futile.

Il faut aussi à l’école un climat de confiance envers tous les membres du personnel et de leur donnée la capacité de prendre des décisions. C’est un peu comme avoir de jeunes adultes à la maison, il faut être présent, mais en même temps laisser à nos enfants le droit de faire des erreurs, d’apprendre et de faire les bons choix.

Quand est-il de la littéracie numérique ou plutôt de la translittératie ? Chez Wikipédia, on définit littératie numérique à celle qui correspond à la maitrise de savoirs, de capacités et d’attitudes propres au domaine des technologies numériques (ordinateurs, tablettes, smartphones). Elle inclut la littératie informatique. Il s’agit de l’une des facettes de la littératie qui, de plus en plus, est l’objet d’études et d’interrogations, allant même jusqu’à la proposition d’un enseignement en France2…  Ces différentes littératies (informationnelle, médiatique, informatique, numérique) convergent dans la translittératie. Cette notion peut être comprise comme étant la capacité de lire, écrire et interagir grâce à une variété de plateformes, d’outils et de moyens de communication (l’écriture, la télévision, la radio, les réseaux sociaux…).

Nous pouvons débattre longtemps pour une définition exacte, mais en gros, la translittératie est la base de mon travail des dernières années. Le site d’Acadiepédia est un bon exemple ainsi que celui du Labo créatif du CAHM. Vous convaincre de l’importance à l’école de la translittératie serait peut-être plus difficile. Pourquoi est-ce le cas ? Partout autour de nous, les ordinateurs sont présents. La plupart des adolescents ont un ordinateur ou un téléphone portable et de plus, la plupart d’entre nous ne pourraient pas envisager sa vie sans l’utilisation d’un ordinateur. Il y a les septiques, ceux et celles qui disent à haute voix que la technologie n’est pas le centre de leur vie et ils ont raison. La technologie ne devrait pas être tout… Il faut un équilibre dans tout et nous avons comme enseignants, la responsabilité d’assurer cet équilibre entre l’académique, l’artistique, l’éducation physique et le technologique.

Pourquoi ne retrouvons pas cet équilibre entre la vraie vie et l’école. C’est à dire pourquoi dans plusieurs écoles, l’utilisation d’un portable est encore interdite ? Pourquoi est-ce que certains travaux ne sont pas faits à l’aide des nouvelles technologies ? Mon expérience démontre qu’en général, nos élèves vont bien au-delà de ce qui avait été initialement prévu. Pourquoi dans plusieurs écoles, la curiosité et la créativité si naturelles chez les enfants ne sont pas encouragées. Ces questions me font penser que souvent nous limitions notre enseignement par nos peurs. Dans une classe, nous retrouvons une clientèle diversifiée et bien qu’il soit difficile de répondre aux besoins de tous les élèves, nous devons apprendre à développer chez eux, une culture d’engagements dans leurs apprentissages. Lorsque nos élèves s’engagent personnellement dans leur réussite, qu’ils s’impliquent dans des projets qui les intéressent et qu’on leur donne la chance de construire autour de projets concrets, c’est à ce moment que leurs yeux scintillent et que la magie commence à opérer.

Nous pourrions discuter longuement des barrières et du manque de temps et d’expertise. Si pour une fois, nous discutions des possibilités. Dans mon école, notre mission est ; Notre école a comme mission de développer le plein potentiel de chaque élève ainsi que ses talents à l’aide des nouvelles technologies dans un milieu fièrement francophone.

Nous essayons chaque jour de la mettre en œuvre. Ce n’est pas toujours facile, mais mon travail c’est de garder le «focus» de nos gens sur celle-ci. Je dois en plus mettre ma propre vision à jour. Je dois d’évaluer les grandes tendances dans le monde actuel et faire la lecture de notre environnement. Souvent nous utilisons des antidotes qui font une différence, mais souvent nous sommes en mode réactif. Par exemple, nous allons bannir les téléphones intelligents à cause d’une situation en salle de classe. Nous devons donc prendre la route la moins fréquentée et trouver en communauté éducative, celle que nous voulons suivre ensemble. C’est une tâche complexe et de haut niveau.

L’utilisation des nouvelles technologies à l’école doit elle aussi être accompagnée et nous avons besoin plus que jamais d’une vision de nos dirigeants. Il est facile de prétendre que nous voulons des écoles innovantes et qui développent l’esprit entrepreneurial. Encore faut-il donner les outils, les ressources et l’accompagnement requis. Encore plus important selon moi, il faut entendre de la bouche de tous nos dirigeants que c’est la voie à emprunter. Même si souvent on se sent dépassé par les évènements, il faut prendre des décisions innovantes avec l’assurance que les personnes en place feront le travail requis. Si on ne le fait pas, on essaie de contrôler les gens et le résultat et nul. Un exemple que j’utilise souvent dans mes présentations est les demandes de projets. Au Nouveau-Brunswick, plusieurs programmes d’aides existent et sont nécessaires pour arriver à faire différemment. Par contre, les directions d’école doivent y mettre beaucoup d’heures pour compléter et présenter la demande, faire les achats et compléter le suivi requis avec un rapport final en plus de laisser des traces tout au long du projet. Si par exemple, une direction d’école doit mettre, disons trente heures de travail pour aller chercher une somme de 3000 $, c’est selon moi un résultat nul. C’est-à-dire que mon employeur dépense autant d’argent pour que je fasse ma demande que l’argent reçu. Il est possible de doubler ceci. C’est à dire de donnée des fonds et qu’ensuite la direction investisse de son temps pour développer des initiatives. À ce moment, les ressources sont doubles… Les directions d’écoles doivent être imputables de se qu’ils font c’est certain. Par contre, il doit y avoir une marge de manœuvre et une culture de la distribution de ressources qui font en sorte qu’un plus grand nombre de directions et d’enseignants puissent s’investir à faire autrement.

Plusieurs décisions seront importantes à prendre au Nouveau-Brunswick. Par exemple la politique 311 sur l’utilisation des technologies de l’information et des communications (TIC) date de 1996. Même si celle-ci fut révisée en 2004, bien des choses ont changé dans le monde des TIC. Nous avons besoin d’une nouvelle politique plus simple (et non de 10 pages) qui sera ouverte aux nouveaux changements qui arriveront au cours des prochaines années. La politique doit être inclusive de toute forme de technologies utilisable à des fins pédagogiques et permettre le déploiement de celles-ci simplement dans les écoles. Ce n’est pas une tâche facile, mais faisable.

En gros, les écoles doivent avoir la possibilité ;
• D’utiliser les réseaux sociaux
• D’utiliser les services de type Google Documents et Google Éducation
• Favoriser l’utilisation et le développement du codage dans les écoles, et ce à tous les niveaux.
• De favoriser les activités de développement en robotique
• De maximiser l’écriture devant public sur des blogues scolaires.
• De développer des outils pour faire la promotion des communautés francophones.
• De favoriser le développement de Labos créatifs.
• De favoriser la culture entrepreneuriale à l’école et d’encourager les élèves à laisser des traces de leurs apprentissages.
• Développer des habitudes positives d’utilisation d’outils du web 2.o et développer une empreinte digitale saine.
• De ne pas favoriser un outil au détriment d’un autre. Ce qui est important, c’est l’accès aux outils.
• De développer des projets où il est permis aux élèves d’apporter leurs appareils numériques à l’école (Projet AVANT-BYOD)
• Permettre aux écoles de partager leurs succès et leurs projets.
• Partager la culture francophone au moyen d’une radio provinciale et les talents locaux dans chacune des écoles pour développer un sentiment d’appartenance et de fierté.
• Développer des projets de co-constructions virtuels tels que Mindcraft, Scratch et autres plateformes similaires.
• Intégrer l’enseignement du cinéma et du traitement des images à l’école.
• Permettre aux écoles de développer des projets TEDx en français.
• Développer une plateforme commune afin de faire en sorte que le premier réflex lorsqu’on cherche quelque chose soit d’aller sur cette plateforme. En passant, celle-ci doit être ouverte et publique.
• D’avoir accès à des sources de financement ou de matériel avons de développer différents types de projets.
• De développer des projets de création à l’aide d’imprimante 3D qui va révolutionner nos habitudes de consommations sous peu…
• De développer une culture de prise de risque et de collaboration entre les enseignants et en incluant aussi les élèves.
• La curiosité et la créativité doivent demeurer au centre de nos activités de codesign.

Cette liste n’est évidemment pas complète, mais donne un aperçu du travail à faire. Nous sommes loin de l’utilisation de PowerPoint en salle de classe… Pour y arriver, il faudra un mouvement sérieux à faire différemment. Certains le font peut-être déjà, d’autres attendent avec impatience avant de commencer et d’autres espèrent peut-être pouvoir se retirer avant d’avoir à faire ceci. Qu’on le veuille ou non, le monde autour de nous continue d’avancer et ne va pas nous attendre pour continuer.

Je suis à la direction depuis plus de vingt ans et j’avoue qu’il y a eu d’énormes progrès au cours des dernières années. Ce n’est pas terminé, mais nos décideurs ont de grandes décisions à prendre. Cela ne doit pas être facile j’en suis certain. Un peu comme la tortue, cela avance tranquillement, dans le bon sens et vers de l’avant. Rendez-vous service, allez au Dollarama vous en procurer une et il sera plus facile pour vous de patienter et d’aller de l’avant quand tout sera noir ou embrouillé…

Les meilleurs moments 2015 de la Radio des Jeunes d’Acadiepédia…

radio4La Radio des Jeunes d’Acadiepédia a passablement été occupée cette année.  J’ai donc pensé faire une rétrospective des meilleurs moments des entrevues de la dernière année.  J’avais fait la même chose ici pour 2014.  Cette année, des élèves de la Radio des Jeunes ont couvert plusieurs évènements, dont Clair2015, Buzz’Arts 2015, le Salon du livre d’Edmundston et l’expo-science du DSFNO.  Il est possible d’écouter toutes les entrevues produites à ce jour en allant sur la page web de la station de radio ou en allant directement sur notre espace Sound Cloud.  Dans le segment audio ci-dessous, vous pourrez entendre plusieurs personnes interviewées cette année dont le ministre de l’Éducation du Nouveau-Brunswick, M. Serge Roussel, Biz auteur et membre du groupe Loco Locass, Richard Petit, Cindy Roy, Jeff Wilson, René Arseneault, Madeleine Dubé, Cyrille Simard et plusieurs autres.  Vous pourrez aussi entendre quelques extraits de pièces musicales, dont une du groupe Blé.  Vous pouvez écouter les meilleurs moments 2015 en cliquant sur la flèche ci-dessous;

J’aimerais remercier tous nos partenaires qui font en sorte qu’il est possible de continuer le développement de la plateforme d’Acadiepédia.  Notre projet continue d’évoluer et a tout le potentiel de devenir un incontournable au Nouveau-Brunswick et ailleurs.  Il est possible d’écouter la Radio des jeunes d’Acadiepédia en tout temps sur le Web en utilisant le lien suivant.  Merci aussi de lire les publications des textes dans le Blogue des Jeunes et de nous suivre sur Facebook.  Bravo aux jeunes qui participent activement aux émissions de radio et à toutes les personnes qui rendent ces activités possibles!

2016, nouvelle année, nouveau chapitre…

voyageC’est avec beaucoup de bonheur qu’est arrivé le temps des fêtes.  Il faut dire que depuis le début de l’année scolaire j’ai passablement été occupé.  J’ai mis les bouchées doubles entre la direction de l’école que j’ai le plaisir de diriger, le projet Acadiepédia, le Labo créatif du CAHM et Clair2016.  J’ai essayé de faire en quatre mois ce que je fais habituellement en dix.  Je dois admettre que ce n’était pas très brillant, mais bon, pour les besoins de la cause, j’ai essayé d’en faire plus en moins de temps.  À la longue, le corps le ressent et la fatigue s’accumule.  Évidemment, il y avait une raison pour ceci.  J’aurai la chance de vivre avec mon épouse, un congé différé qui me donnera huit mois de temps libre.  Ce congé différé se prépare depuis sept ans et nous avons l’intention de refaire le plein d’énergie et de réaliser plusieurs projets.

Je tiens à préciser que je serai présent à Clair2016 et que j’ai bien hâte de rencontrer les amis et de participer aux échanges riches et importants que nous apportent ces colloques depuis déjà sept ans.  La semaine prochaine, j’aurai la chance de m’envoler avec mon épouse au Portugal et en Espagne pour une dizaine de jours.  C’est à ce moment que je devrais réaliser pour sur que jeu suis en congé.  Nous voulons y aller depuis longtemps et nous en profiterons pour explorer ces deux magnifiques pays pour la première fois.  Nous avons aussi un voyage en Chine de prévu en mars et d’autres projets du genre en cours de préparation.  Nous adorons Danis et moi, voyager ensemble.  C’est une passion et nous essayons de voyager le plus possible.

J’aurais aussi la chance de présenter quelques conférences à propos du projet d’Acadiepédia et au sujet du leadership en éducation.  À date, 3 conférences sont confirmées et deux autres sont en voie de l’être.  J’aime bien avoir la possibilité de faire de telles interventions.  J’aime bien d’avoir la chance de présenter mes idées et nos projets un peu partout.  Cela me permet en me préparant, d’avoir un regard critique sur mes pratiques et sur les actions que je pose en milieu de travail.  Savoir que certaines personnes s’intéressent à ce qu’on fait et à apprendre de nous est un privilège et je me considère bien chanceux de pouvoir le faire.  Cela m’a aussi donné la chance de mettre à jour mon portfolio électronique et de rafraichir ce blogue.

Mon congé devrait aussi me donner du temps pour me remettre à la publication de billets sur mon blogue.  J’ai au cours des derniers mois, peu écrit et cela me manque.  J’aime prendre le temps d’écrire et d’exorciser mon métier de directeur.  Il faut dire que ce métier n’est pas toujours facile et qu’il faut à l’occasion prendre un peu de recul pour voir où l’on va et pour apprécier tout le chemin parcouru.  J’ai mis beaucoup de temps dans plusieurs projets différents et il est maintenant le temps de me remettre à l’écriture.  Je le fais essentiellement pour moi.  Réfléchir à haute voix est utile est me permet de laisser des traces de mon parcours.  Si cela peut être utile à d’autres tant mieux.

Le CAHM est entre bonnes-mains avec des collègues de travail qui continue d’avancer et qui prennent la relève pendant mon absence.  Je dis toujours que je suis bien choyé de travailler dans cette école où il est permis de prendre des risques, de faire différent et de développer toutes sortes d’initiatives qui ont toutes à coeur l’épanouissement et l’atteinte du plein potentiel de chaque élève.  Je salue tous mes collègues enseignants et non enseignants qui font du CAHM une excellente école.  J’aurai la chance d’aller les visiter à l’occasion avec notre nouveau robot de téléprésence qui a été mis en fonction quelques jours avant le congé des Fêtes dans notre labo créatif.  Ce sera ma façon de demeurer connecté avec les élèves et le personnel.  À suivre…

Je veux en terminant vous souhaiter une excellente année 2016.  Je vous souhaite beaucoup de bonheur, de santé et de joie avec les personnes que vous aimez.  Je vous souhaite aussi beaucoup d’apprentissages variés et qui vous permettront de continuer à être une meilleure personne.  Au plaisir de partager avec vous de prochains textes et réflexions.  Merci de prendre le temps de me suivre et de me laisser vos commentaires.  Je l’apprécie beaucoup !