Un nouveau programme COOP virtuel en cybersécurité…

Depuis quelques semaines, un élève de la Cité des Jeunes A. M. Sormany d’Edmundston a la chance de vivre une expérience unique en cybersécurité.  Cette jeune fille de douzième année participe à une initiative de CyberNB qui lui permet de suivre un programme COOP virtuel en cybersécurité (PCVC).  Déjà, plusieurs écoles francophones du Nouveau-Brunswick offrent un programme COOP en milieu de travail.  Le nouveau PCVC permet aux élèves qui ont un intérêt pour le domaine de la cybersécurité de développer leurs connaissances et leurs compétences dans ce domaine à l’aide d’un plan d’apprentissage personnel (PAP).  Celui-ci est complété pendant le temps normal de classe du programme COOP.  Les élèves travaillent donc à compléter les exigences du plan d’apprentissage personnel en plus d’avoir la chance de pouvoir côtoyer un expert en cybersécurité.  Celui-ci pourra les aider dans leurs recherches et valider leur travail de manière virtuelle.  Dans le cas du projet qui a lieu actuellement avec l’élève d’Edmundston, un mentor virtuel expert dans le domaine de la cybersécurité et qui enseigne au Collège communautaire du Nouveau-Brunswick à Dieppe rencontre via Skype cet élève une à deux fois par semaine.  C’est l’occasion de voir le travail qui aura été accompli, de faire des suggestions, de relancer l’élève dans ses recherches, de répondre à des questions et de proposer des pistes de solutions.

En gros, le plan d’apprentissage personnel (PAP) décrit les tâches que l’élève doit accomplir pendant le semestre.  De plus, CyberNB coordonne le tout en préparant le PAP et en l’adaptant au besoin de l’élève, de l’école et du mentor virtuel.  De plus, je m’occupe de faire des suivis réguliers avec toutes ces personnes et en particulier avec la personne responsable du programme COOP au niveau de l’école.  Ce PAP est remis à l’école et à l’élève au début du semestre et comprend les tâches d’apprentissages suivantes ;

  • Compléter le MOOC de l’Agence Nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSI) ; https://secnumacademie.gouv.fr/ et inclure une copie de l’attestation de suivit disponible lorsque le MOOC est complété dans un portfolio.
  • Compléter une formation en ligne de 15 heures en cybersécurité et les menaces potentielles en milieu de travail et ajouter le certificat à son portfolio. (Cette formation sera disponible sous peu)
  • Compléter au moins 3 projets de recherche en cybersécurité.
  • Faire au moins 3 études de cas en cybersécurité en lien avec le milieu de travail.
  • Tenir un journal de bord et un portfolio des apprentissages.
  • Faire une rétroaction sur sa participation à la fin du programme de mentorat virtuel.

Il est à noter que ces tâches d’apprentissages peuvent aussi être ajustées au besoin selon les préférences et les besoins de l’élève et de suggestions de toutes les personnes participant à ce programme au niveau de l’école.  Cette initiative est complètement gratuite pour l’école et l’élève et est évidemment offerte sur une base volontaire.

Cette année, cette initiative est offerte dans une seule école et à un seul élève.  Par contre, les écoles secondaires francophones du Nouveau-Brunswick qui aimeraient y participer peuvent déjà me contacter et me signifier leur intérêt pour la prochaine année scolaire.  Évidemment, certaines qualités sont requises pour un élève qui aimerait participer à ce projet, mais les élèves auront en même temps la chance de développer certaines compétences essentielles en milieu de travail.  En gros, l’élève qui aimerait participer à cette initiative devrait ;

  • Avoir un intérêt marqué pour la cybersécurité.
  • Faire preuve d’initiative et être capable de travailler de manière indépendante.
  • Avoir de bonnes capacités en lecture, en écriture et en recherche sur le Web.
  • Être capable de respecter des échéanciers.
  • Être ouvert à apprendre de manière différente tout en étant curieux et créatif.

Un document explicatif a aussi été préparé à l’intention des élèves, des parents et des écoles intéressées.  Celui-ci contient toutes les informations nécessaires pour me contacter.

Les élèves et les écoles participantes reçoivent un document d’une quarantaine de pages qui contient toutes les informations et les outils pour compléter avec succès ce programme.  Nous croyons fermement que celui-ci donne des outils de plus aux élèves et aux écoles pour développer des initiatives et des projets de vie-carrière au secondaire en plus du domaine de la cybersécurité.  Avec le temps, nous espérons qu’un plus grand nombre d’élèves et d’écoles s’intéresseront au programme COOP virtuel en cybersécurité (PCVC).

Il va s’en dire que nous aurons besoin de plus en plus de personnes pour agir à titre de mentor virtuel et des experts en cybersécurité.  Ces personnes peuvent aussi me contacter si elles souhaitent devenir volontaires et nous aider au développement de ce programme.  Des références et une preuve de dossier judiciaire vierge sont requises pour participer.  De plus, des outils de co-construction sont utilisés pour encadrer l’élève avec la présence virtuelle de tous les adultes encadrant celui-ci en tout temps.  Nous voulons évidemment assurer une expérience de qualité et sécuritaire pour les élèves et les membres du personnel de l’école qui participeront à cette initiative.

À la fin de la présente année scolaire, nous pourrons aussi partager des témoignages des personnes qui auront vécu cette première expérience. Nous pourrons ainsi ajuster notre plan d’apprentissage personnel (PAP) proposé aux écoles pour la prochaine année scolaire.

À suivre…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *