Clair2016 de la technologie à la pédagogie à l’humain…

YvesClair2016 est terminé et l’heure est au bilan. Difficile de décrire toute la fierté ressentie tout au long de ces trois jours. La météo est généralement le seul facteur que nous ne pouvons pas contrôler, mais cette année, Dame nature nous a bien gâtés.

Clair2016 est le rendez-vous des gens qui veulent s’associer pour « Voir l’éducation autrement… ». Les participants viennent pour faire le plein d’énergie et pour nourrir leur réseau. On a entendu un participant dire que venir à Clair n’est pas une dépense, mais plutôt un investissement. Certains viennent pour la première fois, d’autres y participent depuis sept ans. Dans ce mélange d’individus occupant divers postes de responsabilités, chacun y trouve sa place et devient participant. Il n’y a pas de spectateurs à Clair2016. Pour y trouver son compte, il faut écouter, questionner, se promener, proposer, présenter, partager et observer. Ceci ce fait évidemment pendant les conférences, mais aussi pendant le Forum des pratiques gagnantes, la Foire pédagogique, la Session Ignite, le BarCamp ou encore pendant les activités sociales. J’ai évidemment un parti pris pour l’évènement, mais les commentaires reçus sont très positifs et les gens semblent avoir adoré leurs expériences.

Comme direction d’école, il va sans dire qu’un tel évènement est un projet rassembleur idéal au sein de notre communauté éducative. Je suis tellement fier des élèves qui ont participé activement à la Foire pédagogique en démontrant plusieurs projets dans leurs salles de classe et au Labo créatif. Il faut dire que la plupart des projets avaient débuté en septembre et que la plupart se poursuivront jusqu’à la fin de l’année scolaire. Voici une courte vidéo réalisée par un participant ;

Je suis aussi très fier des membres du personnel, des nombreux bénévoles, de nos commanditaires et de nos partenaires pour les efforts déployés, et ce depuis janvier 2010. Ces personnes ont à cœur la réussite des élèves et ne ménagent pas les efforts pour que ceux-ci puissent développer leur plein potentiel et leurs talents.

Pour ce qui est du colloque comme tel, plusieurs moments magiques auront retenu mon attention. Comme nous l’avait remarqué Jacques Cool sur son fil Twitter, le colloque est passé en 2010 d’une rencontre sur les technologies à une rencontre sur la pédagogie et maintenant, cette année, voici que nous concentrons nos efforts sur l’humain. La conférence de Benoit Petit y est pour quelque chose. Cette évolution normale fait beaucoup de sens et augure bien pour les années à venir. Pour arriver à de vrais changements en éducation, il faudra être sensible aux personnes et savoir comment bien les accompagner.

La conférence de Thérèse Laferrière m’a fait beaucoup de bien. J’ai aimé qu’elle nous dise que les élèves devraient être en mode « codesign » au moins un tiers du temps scolaire. C’est un peu ce que nous essayons de faire dans notre Labo créatif. Ce n’est pas toujours facile, mais bon, on y arrive. J’ai aussi aimé qu’elle nous dise de continuer dans cette voie et que la recherche s’occupe de démontrer que c’est ce qu’il faut faire. C’était ma première rencontre avec cette grande dame de la recherche universitaire au Canada et elle m’a impressionné par son calme, sa générosité et la maitrise de son sujet.

J’ai aussi adoré la conférence de Biz qui nous rappelle l’importance de faire les efforts nécessaires pour préserver notre langue et notre culture. Biz mentionne aussi l’importance d’ouvrir grandes ouvertes les portes de l’école aux parents pour que ceux-ci se sentent bienvenus et pour qu’ils participent pleinement aux apprentissages des élèves de la communauté. De son côté, Yves Doucet est probablement la surprise de la fin de semaine. Avec son style unique, celui-ci nous a convaincus de bien nous connaitre afin de mieux aider nos élèves. Nous devons être conscients de nos forces, mais aussi de nos limites pour être vrais et offrir le meilleur de nous même.

Plusieurs personnes ont apprécié nos efforts pour souligner l’importance de notre culture identitaire.   Le mini spectacle de Jason Guérette et ceux de plusieurs élèves de l’école n’ont pas passé inaperçus. Notre Labo créatif a été visité et plusieurs projets dans les salles de classe ont attiré l’attention. Que demander de plus ? Le colloque Clair2016 se démarque aussi par les nombreuses activités de réseautage et la nourriture. Cette année, les participants ont été gâtés par la présence de l’école d’hôtellerie du Collège communautaire du Nouveau-Brunswick d’Edmundston. Nous n’avons reçu que des éloges. Les repas servis tout au long du colloque étaient aussi de qualité et préparés par des entreprises locales.

Je veux aussi souligner le travail des bénévoles, des commanditaires et des partenaires qui permettent d’année en année de présenter un colloque de haut niveau. Que ce soit par la webdiffusion, des enregistrements à la télévision Rogers, à l’installation du matériel ou à la préparation des petites attentions pour souhaiter la bienvenue aux participants ne passent pas inaperçu. Le Centre d’apprentissage du Haut-Madawaska est une école communautaire et nous pouvons en être fiers. Le Comité de programmation a déjà commencé à jeter des bases pour la présentation de Clair2017. Bien qu’il soit trop tôt pour annoncer quoi que ce soit, ceci est une première et nous prévoyons encore l’an prochain offrir un colloque de qualité. Notre plus grand défi sera d’attirer plus de directions d’école et d’enseignants du Nouveau-Brunswick. L’Association des enseignants du Nouveau-Brunswick envoie toutes les années au moins un représentant et le District scolaire francophone du Nord-Ouest (DSFNO) achète au moins trente places par année. En sept ans, c’est donc plus de 210 places pour le DSFNO.

Comme l’a écrit mon ami Mario Asselin, alors qu’on paie de grandes sommes d’argent pour faire des colloques dans des hôtels luxueux et dans des salles de congrès, voici que notre colloque se passe dans une vraie école avec de vrais élèves. J’aimerais aussi trouver un moyen pour accueillir un plus grand nombre d’étudiants de la faculté de l’éducation de l’Université de Moncton, campus d’Edmundston. Si nous voulons voir l’éducation autrement, il est important de permettre à ces futurs éducateurs de voir autre chose. L’invitation est donc lancée pour l’an prochain.

Le changement prend du temps et il faut être patient. Merci de participer au renouveau de l’éducation. Comme le dit Ken Robinson dans sa vidéo « Comment échapper à la vallée de la mort de l’éducation ? », il existe trois sortes de personnes. Celles qui ne bougent pas et qui ne veulent pas bouger. Celles qui veulent bouger et changer et qui veulent être accompagnées. Il y a finalement celles qui bougent. Si nous pouvons arriver à faire bouger plus de personnes, nous aurons un mouvement et si celui-ci devient assez grand et assez important, ce sera une révolution. Et c’est ce dont nous avons besoin en éducation. Une vraie révolution…

Je termine sur une belle image.  Celle de notre nuage de bulles qui nous a permit d’analyser les conversations sur Twitter tout au long du colloque.  Alors que la bulle « hâte » était dominante au début, c’est celle avec la mot « élèves » qui encore cette année est apparue au centre de nos discussions.  Nous n’avons pas parlé de iPads, d’ordinateur ou de bidules.  Ce sont les élèves qui sont au centre de nos rencontres et c’est ce qui fait selon moi, que Clair est un colloque unique en son genre.  C’est un peu cela la magie de Clair…

bulles

 

Le texte de la déCLAIRation 2016

Site web de Clair2016

Traces des articles, blogues et autres

Album de photographies

Chaine YouTube des vidéos

3 comments

  1. […] Clair2016 de la technologie à la pédagogie à l'humain… – Le blogue de Roberto Gauvin, direc…… Clair2016 est terminé et l’heure est au bilan. Difficile de décrire toute la fierté ressentie tout au long de ces trois jours. La météo est généralement le seul facteur que nous ne pouvons pas contrôler, mais cette année, Dame nature nous a bien gâtés. Clair2016 est le rendez-vous des gens qui veulent s’associer pour « Voir l’éducation autrement… ». Les participants viennent pour faire le plein d’énergie et pour nourrir leur réseau. On a entendu un participant dire que venir à Clair n’est pas une dépense, mais plutôt un investissement. Certains viennent pour la première fois, d’autres y participent depuis sept ans. Comme direction d’école, il va sans dire qu’un tel évènement est un projet rassembleur idéal au sein de notre communauté éducative. […]

  2. […] Clair2016 de la technologie à la pédagogie à l'humain… – Le blogue de Roberto Gauvin, direc…… […]

  3. […] Clair20XX : on a dit “de la technologie à la pédagogie… à l’être humain” ! (Billet de Roberto Gauvin à […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *