10 mythes concernant l’utilisation des blogues dans un cadre scolaire…

EugenieAvec mon travail comme mentor en application pédagogique de l’ordinateur (APO), j’ai eu à donner quelques formations.  De plus avec le développement du projet Acadiepédia, plusieurs enseignants me posent plusieurs questions sur l’utilisation des blogues scolaires.  Au CAHM, l’école que j’ai eu la chance de diriger pendant plus de 13 ans, les élèves bloguent depuis 2004.  Je suis encore surpris que dix ans plus tard, beaucoup d’enseignants ne connaissent pas encore le potentiel des blogues scolaires afin d’améliorer l’écriture et la lecture,  je dis souvent dans mes formations, pour enseigner à jouer au tennis, il faut expliquer comment jouer, il faut démontrer comment s’y prendre, mais pour devenir un joueur de calibre international,  il faut pratiquer.  Les blogues scolaires sont comme les terrains de tennis de l’écriture.  Ironiquement aujourd’hui, sur la page Facebook d’EugénieBouchard, celle-ci le confirme.  Il faut pratiquer, pratiquer, pratiquer…

J’ai ce billet dans la tête depuis quelque temps, car beaucoup d’enseignants que je rencontre semblent avoir une idée négative de l’utilisation du blogue dans un contexte d’apprentissage de l’écriture.  Voici donc 10 mythes sur l’utilisation des blogues dans un cadre scolaire que je rencontre au cours de mes formations avec des enseignants…

  1. Les blogues sont trop compliqués pour les élèves…  Beaucoup d’enseignants croient que les blogues à l’école sont trop compliqués pour les élèves. Dans l’accompagnement que j’ai eu la chance de faire, je crois que les enseignants expriment ceci, car ils ne savent pas par où commencer. J’ai déjà et la chance de lire des billets d’élèves de 2e année (8 ans) . Ces billets étaient courts certes, mais appropriés pour leur niveau d’âge. Les élèves comprennent rapidement comment utiliser les blogues et réussissent à facilement utiliser cet outil de publication.  De plus les outils de publication comme la plateforme WordPress sont très intuitifs et faciles à utiliser pour les élèves.  Dans le cadre du projet Acadiepédia, j’ai réalisé une courte vidéo qui démontre comment publier un billet.
  2. Il faut attendre que les élèves soient meilleurs en écriture avant de publier… Si cela était vrai, les élèves n’auraient jamais la chance d’écrire sur un blogue.  Les élèves sont en apprentissage et bien souvent, certains enseignants ont peur qu’ils soient évalués sur les textes publiés de leurs élèves.  Lorsque les gens qui vont lire les billets, ils savent que ceux-ci sont rédigés par de jeunes élèves dans le but d’améliorer leurs aptitudes à mieux écrire, ceux-ci sont compréhensifs.  Lorsqu’on écrit en public, nous avons tendance à mieux nous préparer et à faire plus attention.  Pour s’améliorer au tennis, il faut avoir un entraineur qui nous explique comment jouer, qui nous démontre comment jouer, mais surtout qui nous donne le temps de nous pratiquer.  Impossible pour un joueur de tennis de s’améliorer sans pratiquer… Demandez à Eugénie Bouchard…
  3. Nous n’avons pas le temps de bloguer pendant le temps scolaire… Je comprends mal cette affirmation, car les élèves écrivent déjà en salle de classe… Du moins, ils devraient, non ?  Il suffit donc de créer un environnement où les élèves peuvent aller écrire en ligne le fruit de leur travail.  Il est important de développer un processus d’écriture qui comprend aussi une phase de publication.  Les billets d’élèves deviennent alors des copies types qui peuvent être intégrées dans l’enseignement pour se concentrer sur les erreurs communes et sur des moyens pour s’améliorer selon le niveau d’âge et des besoins des élèves.  Dans le projet d’Acadiepédia, nous avons un bel exemple d’une leçon sur les marqueurs de relations à partir de billets écrits par des élèves.
  4. Les blogues c’est pour les cours de français seulement… L’enseignement du français n’est pas la seule responsabilité de l’enseignant de français.  Voici donc une belle opportunité pour les enseignants tous sujets confondus de permettre aux élèves de partager leurs découvertes, de présenter des projets, de réaliser des rapports de laboratoire ou autre.  On peut par exemple en science, faire un résumé d’un article ou d’une nouvelle scientifique.  On pourrait aussi en Sciences humaines, présenter une recherche sur un sujet au programme d’étude.  Dans le cours d’anglais, on pourrait aussi créer un podcast en anglais afin de faire parler les élèves dans une langue seconde.  Les possibilités sont infinies.
  5. Les blogues sont dispendieux… Comme dans toute chose, il est possible de dépenser de l’argent pour avoir toute sorte de choses.  Les blogues ne font pas exceptions et certains services de blogues ne sont pas gratuits.  Par contre, plusieurs services blogues sont gratuits et permettent de s’initier à l’écriture en ligne facilement.  Il faut commencer par le début et s’initier à un service gratuit pour commencer.  Si avec le temps, l’envie de développer l’utilisation des blogues à plus grande échelle se fait sentir, il est possible de regarder à des services de blogues qui permettent de gérer plusieurs blogues à la fois.
  6. Les élèves vont recevoir des commentaires négatifs et même se faire intimider en ligne… Qui oserait aller écrire des commentaires négatifs en ligne ?  Dans mes 10 années d’utilisation du blogue scolaire, je n’ai eu qu’un incident et avec l’adresse IP du commentaire, nous avons pu retrouver le fournisseur internet que nous avons rejoint.  Celui-ci a fait le message à son client et nous avons vu apparaitre au bout de quelques jours un élève avec ses parents pour régler la situation.  Lorsque les élèves et les adultes savent qu’ils laissent une trace lorsqu’ils écrivent un commentaire, ils comprennent vite que les blogues ne sont pas une place pour écrire n’importe quoi.
  7. Les élèves sont trop jeunes pour bloguer… J’ai vu des élèves de 2e année bloguer alors s’ils sont bien encadrés, ils peuvent écrire et contribuer à développer un blogue scolaire.
  8. Nous avons besoin d’un blogue pour bloguer… Idéalement oui, mais en principe, ce n’est pas nécessaire.  En fait, un enseignant qui aimerait faire une expérience avec ses élèves, pourrait trouver un blogue d’une personne connue ou des billets écrits par des élèves d’autres écoles.  L’enseignant par la suite, identifie un billet spécifique et demande à ses élèves d’aller écrire un commentaire en ligne.  C’est une façon simple d’écrire dans un contexte de blogues scolaire sans avoir un compte.
  9. Nous avons besoin d’un ordinateur pour chaque élève avant de pouvoir bloguer… Ce serait bien, mais j’ai déjà vu des enseignants organiser l’espace de travail de leurs élèves avec 2 ou 3 ordinateurs.  L’horaire de classe était fait de telle sorte que les élèves pouvaient travailler à tour de rôle au courant de la semaine et compléter la rédaction de leur billet à leur rythme tout en complétant une feuille de route.  Un enseignant qui organise bien l’encadrement de ses élèves peut faire des miracles avec peu de moyens.  J’ai aussi vu des classes où les élèves avaient en tout temps accès à un ordinateur sans avoir d’occasions pour aller publier et où tous les élèves devaient faire leur travail comme un troupeau de moutons…
  10. Les élèves font du copier-coller lorsqu’ils publient…Oui c’est vrai s’ils écrivent leur billet dans Word ou s’ils utilisent un outil comme le « Bon Patron ».  En général, ils peuvent faire du copier-coller lorsqu’ils consultent des sites de références, mais apprennent vite que les enseignants peuvent retracer les sources de leurs recherches en ligne.  Il arrive aussi à l’occasion d’avoir des leçons de vie.  Je me rappelle un élève qui avait fait un beau poème de Noël et il avait reçu de bons commentaires.  Ceci à duré jusqu’à ce que l’auteur du poème lui laisse un commentaire pour lui dire qu’il avait copié ce poème à partir de sa page web tout en fournissant le lien.  Une belle leçon impossible à acheter au Wallmart…  Les élèves peuvent aussi copier en écrivant avec un crayon.  Il faut donc prendre le temps d’avoir une discussion honnête et en publiant sur un blogue, il y a plus de chance que l’utilisation du plagiat soit détectée plus rapidement.

billet1En terminant, l’utilisation du blogue scolaire est encore un outil méconnu de la plupart des enseignants et des parents.  Petit à petit, l’idée fait son bout de chemin.  Les élèves qui participent au Blogue des jeunes d’Acadiepédia tracent un peu la voie.  Avec le temps, j’espère que plusieurs enseignants verront le blogue comme une belle façon d’encourager le développement de l’écriture.

Ça fait dix ans, on ne lâche pas… 😉

 

11 comments

  1. […] l’utilisation de cet outil pour apprendre à mieux écrire.  Il faut à l’occasion surmonter quelques mythes à l’utilisation du blogue dans un cadre scolaire, mais bon, les enseignants qui acceptent de faire l’expérience ont une belle ouverture à […]

  2. […] Le blogue de Roberto Gauvin – 10 mythes concernant l’utilisation des blogues dans un cadre scola… […]

  3. […] Le blogue de Roberto Gauvin – 10 mythes concernant l’utilisation des blogues dans un cadre scola… […]

  4. […] Le blogue de Roberto Gauvin – 10 mythes concernant l’utilisation des blogues dans un cadre scola… […]

  5. […] pour mesurer l’impact de cet outil dans la salle de classe.  Il existe même après dix ans, plusieurs mythes que j’ai essayé d’expliquer dans un billet précédent.  Est-ce que l’impact des blogues s’est fait sentir ?  Pour ma part, je ne peux que […]

  6. maryse morin dit :

    Bonjour,
    Merci beaucoup pour ce billet, un argumentaire efficace ! Depuis plusieurs années, je mets mes cours en ligne pour le Français et l’Italien à travers des blogs perso. J’en ai vu très vite les apports pour mes étudiants et pour ma propre pratique.
    J’expérimente cette année le blog collaboratif avec les étudiants que j’ai en Italien. Leurs productions orales et écrites sont publiées pour eux et pour les autres dans le but de constituer une sorte de Little Italy ! Ainsi, je multiplie les occasions de pratiquer et de communiquer avec pour projet de « jumeler » ce blog avec des établissements italiens. L’évaluation est beaucoup plus motivante, rassurante et pas uniquement avec moi mais entre pairs.
    Merci encore pour vos encouragements, très cordialement, Maryse

  7. […] Le blogue de Roberto Gauvin – 10 mythes concernant l’utilisation des blogues dans un cadre scola… […]

  8. […] L’utilisation du blogue scolaire est encore un outil méconnu de la plupart des enseignants et des parents.  Petit à petit, l’idée fait son bout de chemin. Via le blogue de Roberto Gauvin : http://www.apprendrepourlavie.com/robertogauvin/2014/02/11/10-mythes-concernant-lutilisation-des-blo… […]

  9. […] vous invite en terminant à lire ou à relire mon billet intitulé « 10 mythes concernant l’utilisation du blogue dans un cadre scolaire »  Bonne réflexion […]

  10. Salut Roberto !

    J’imagine que tu connais déjà, mais je laisse ici les liens vers les études de Stéphane Allaire sur l’utilisation des blogues en classe. Étude faite au Québec, une étude pour le primaire (1re à 6e année), une autre pour le secondaire (7e à 11e année).

    Pour le primaire : http://rire.ctreq.qc.ca/le-blogue-comme-outil-de-developpement-de-la-competence-a-ecrire-au-primaire-identifier-son-intention-decriture-pour-mieux-se-faire-comprendre/
    et aussi : http://rire.ctreq.qc.ca/2011/10/le-blogue-un-moyen-de-favoriser-l’ecriture-au-primaire/
    Pour le secondaire : http://affordance.uqac.ca/publications/Rapport-Blogue-Sec-v8.pdf

  11. Pearltrees dit :

    Blogues de classe et professionnel

    Grand visionnaire. Investigateur des colloques Clair.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *