Première journée à Nairobi

Ouf ! Par où commencer??? Quelle journée. Nous sommes arrivés ce matin vers 6 h 15 et nous avons passé aux douanes et nous sommes allés chercher nos bagages. Malheureusement, elles sont restées à Londres. J’ai une chemise et le même pantalon depuis hier et nous espérons qu’elles arriveront demain. Après plus d’une heure d’attente, nous sommes allées au comptoir de réclamations des bagages. Nous devons prendre notre mal en patience.

Par la suite, nous avons eu à trouver un taxi. Ici, la compétition est féroce. En arrivant au bureau d’information, je me suis fait escorter sans trop de choix par cinq personnes qui voulaient que j’utilise un autre comptoir d’information à la place. Je n’ai pas eu une bonne impression. En arrivant à ce comptoir, j’ai expliqué que notre transport était déjà payé. La dame a téléphoné (du moins, elle à fait semblant) pour me dire qu’elle avait contacté l’hôtel et qu’elle me proposait que je paie mon voyage et que l’hôtel allait me rembourser. Lorsque j’ai demandé pour rappeler l’hôtel et parler au gérant, elle m’a dit que la ligne était engagée. Nous avons changé de place pour finalement trouver une personne engagée par la conférence et elle a fait les arrangements pour nous.
 
Ce fut ensuite le départ pour l’hôtel Utalii en passant par le centre-ville de Nairobi. J’ai eu la peur de ma vie en pensant que j’allais mourir au moins dix fois. Les routes sont dans un état catastrophique. Elles ne sont jamais (ou presque) réparées. Les gens conduisent très très vite et les piétons se retrouvent souvent au milieu des routes et se retrouvent tout près des voitures qui filent à vive allure. Le centre-ville de Nairobi est assez vieux et fortement peuplé. Il y a des gens partout. La senteur est celle de déchets qui brûle, du diesel et de goudron. Méchant mélange…
Nous sommes censés retourner au centre ville pour une petite promenade. On verra… Notre hôtel n’est pas trop loin du site de la conférence et il nous en coûte 600 shillings (10.00$) pour s’y rendre. Le taux de change ici est 1 dollar canadien pour près de 61 shillings. Ainsi ce matin pour 167.00 $, j’ai reçu 10 000 shillings. Je me sens riche, car ça fait beaucoup de billets. Un coke coûte environ 126 shillings ce qui est près de 2.00 $.

Pour dormir, je dois utiliser un filet pour me protéger des moustiques pendant la nuit. Je prends depuis deux jours de la « malarone » un médicament qui est censé me protéger de la malaria. J’ai dû aussi recevoir un vaccin pour la méningite, un pour la polio, un autre pour la fièvre typhoïde, un autre pour le tétanos, un autre pour la diphtérie, trois piqures pour l’hépatite A à D et finalement le vaccin pour la fièvre jaune. Celui-ci est obligatoire pour entrer dans le pays. Le Kenya demande aussi qu’on ait un visa de séjour. Nous l’avons reçu juste avant le départ. J’ai aussi en ma possession des antibiotiques que je peux utiliser si je ne me sens pas bien ou si j’ai une infection. On nous a aussi recommandé de partir avec nos propres seringues au cas où nous devrions recevoir des injections. Cela vous donne donc une petite idée de la préparation avant le départ. Samuel et Luc ont eu les mêmes piqures. J’ai avec moi aussi des acétaminophènes, des capsules de yogourt pour la digestion, des rolaids, de l’imodium, de l’imodium extra, du pepto bismol, de la crème solaire, de la lotion ati-moustiques, des gravols, des pastilles contre la toux, du distrant et j’en oublie peut-être…

Après notre premier repas officiel au Kenya, nous nous sommes rendus à l’hôtel « Safari Park Hotel ». C’est là que se déroulera notre conférence. Nous avons rencontré plusieurs personnes intéressantes et tous sont étonnés de voir un élève de 12 ans conférencier. Samuel attire beaucoup l’attention et se fait poser beaucoup de questions. Il est à l’aise en anglais et se débrouille très bien. Nous avons réussi à placer des billets en ligne puis nous avons assisté à la réception des conférenciers offertes par le ministre de l’Éducation du Kenya; l’honorable Prof. George Saitoti. Les buffets (car il y en avait deux…un à l’intérieur et l’autre à l’extérieur) étaient magnifiques. J’ai mangé toutes sortes de brochettes, des fruits et des sushis. Délicieux !!!

Nous sommes rentrés à l’hôtel en navette. Se promener dans les rues de Nairobi le soir peut être épeurant. Nous avons passé dans des ruelles en très mauvais états. À un certain endroit, la voiture ne pouvait pas monter dans une certaine sortie. Nous avons donc du prendre une petite ruelle, mais nous étions face à face avec un gros camion. Celui-ci s’est tassé, mais 2 ou 3 personnes ont bondi de l’arrière du camion… Il travaillait de nuit et déposait des blocs de terre cuite pour fabriquer une clôture. J’e n’étais pas gros dans mes culottes…
 

J’ai pris quelques photographies. Par contre, j’ai un peu de difficultés avec ma caméra. Je ne trouve pas que les photos sont de qualité… Je travaille là-dessus… J’ai aussi un peu de difficulté à télécharger dans Flickr, mais je m’en occuperai aujourd’hui. À venir en plus des conférences et d’une visite dans Nairobi, seront un safari, une visite au centre de conservation des girafes et la possibilité d’une visite d’un village authentique du Kenya avec les costumes traditionnels. Nous repartons vendredi en soirée. Nous serons donc fort occupés d’ici là… Merci toujours de nous suivre…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

9 commentaires sur “Première journée à Nairobi”