Table ronde : Mon école de rêve…

Belle première journée que cette rencontre des directions des écoles primaires. De mon hôtel à Fredericton, je reviens sur ce qui a été dit tout au long de la journée et je vois qu’il y a beaucoup de gens passionnées par l’éducation. C’est bien de se retrouver entre pairs et de discuter de nos défis et succès. J’apprends beaucoup ! Une des premières activités de la journée fut la présentation d’une table ronde ayant comme thème ; Mon école de rêve. On avait donc réunie une consultante en éducation, une directrice d’école, une enseignante, une étudiante et un membre d’un conseil d’éducation… Le but ; récouter différentes perspectives… Voici mes notes personnelles de ce que je retiens des présentations des différents intervenants : Étudiante : Une école de rêve, c’est un endroit où les élèves seraient fiers d’aller. Les élèves devraient être placé selon leur niveau d’apprentissage et non l’âge… .Plus facile pour l’enseignant…Des élèves s’ennuient car ils sont trop en avance…Utiliser des jeux pour apprendre et pour se développer … Explorer des métiers etc.. de 7e à la 12e… Utiliser des programmes interactifs. Par exemple, on peut jumeler des élèves de 8e avec des élèves de 2e…pour créer des liens… Mettre plus d’emphase sur la politique et l’actualité car c’est important, il faut introduire cela de manière amusante. La lecture aide à améliorer, mais on doit permettre l’accès aux livres… Du côté de la technologie, les élèves ne savent pas toujours comment utiliser l’ordinateur…Donc avoir un cours en informatique serait important et du temps libre pour pouvoir faire des travaux pendant la journée scolaire serait apprécié. La beauté et la gaîté des lieux sont importantes… On devrait y retrouver des couleurs…des œuvres d’art…Cela serait moins déprimant… La garder propre et en être fière… Enseignante : Se positionner face à une école idéale est bon en soi car ça nous permet de réfléchir et de voir nos propres perceptions…La salle de classe actuelle maximise-t-elle les apprentissages ? Dans une école de rêve, le bien être de chaque individu est comblé, les enseignants sont dynamiques, les élèves motivés et se sentent bien et en sécurité, sain.. L’école idéale est équilibrée et la vie étudiante occupe une place de choix. L’image de l’école doit être valorisé et en parler de façon positive…Il faut promouvoir l’activité physique, la bonne bouffe et apprendre en bougeant. L’école doit travailler en collaboration étroite avec les familles. Il faut maximiser la lecture dans toutes les matières scolaires…Il faut mettre des initiatives pour développer la lecture en bas âge. Les membres du personnel recevraient une formation en littératie, un bibliothécaire compétant, lire aux élèves et bibliothèque en salle de classe et enseigner l’écriture de manière signifiante et stimulante. Il faut varier ses pratiques On respecte les rythmes d’apprentissages de chacun…On peut ainsi évaluer ainsi ce que chaque élèves se situe… Pour qui évalue-t-on et comment le fait-on.. Les élèves doit être actif dans le processus d’évaluation de leurs forces et faiblesses… La valorisation de la pédagogie doit occuper une place importante… Il faut aussi avoir du temps de réflexion et collaborer, discuter avec des collègues. Ouverte sur la communauté. Membres du conseil d’éducation : La stabilité…Cesser de modifier le curriculum à tous les 2 ou 3 ans et former les enseignants, Fournir le matériel de base aux élèves et aux enseignants. Il arrive des fois qu’on implante un nouveau programme et qu’il manque des manuels ou de formation. La rigueur…Il faut cesser de dorloter les élèves. Ils sont habitués de recevoir sur un plateau d’argent sans avoir à faire d’efforts. Certains savent qu’ils vont passer. Il faut les rendre imputables, avoir des standards et que la vie n’est pas un jeu. Nous avons un bas taux de décrochage au NB, mais nous produisons au NB le plus grand taux d’analphabète…Laisser les enseignants enseigner…Ils sont responsables de plusieurs activités, surveillance, il y a plusieurs choses imposées. Manque de respect des parents et/ou élèves…Nous sommes en train de les brûler (les enseignants) Ils ne peuvent même pas aller aux toilettes. Bulletin descriptif…combinaison des deux. Évaluation, nos élèves font piètre figure PIRS et PISA au dernier rang, math français et science… Pourquoi ? Deux des provinces en tête font passer des évaluations uniformes dans la province…Devrait-on les imiter ?L’inclusion. Nous nous vantons d’inclure tous les élèves, mais les enseignants sont mal préparés, etc.…1/2 million a dû être enlevé ailleurs dans le budget du district scolaire pour mettre dans l’inclusion…Est-ce que c’est un facteur qui diminue nos résultats ? Deux recherches arrivent à cette conclusion ; l’inclusion nuit aux apprentissages de tous les élèves… les enseignants doivent prendre du temps pour ces élèves ce qui nuit aux autres. L’école idéale devrait retourner dans le passé et retourner aux valeurs de base… .Plus de rigueur, de la compétition, Il y en a dans la vie de tous les jours… Directrice d’école : Cela dépend de notre philosophie de l’éducation. Il faut que l’enfant demeure au centre des apprentissages. On se doit d’avoir une structure et de l’équipement qui répons aux réalités d’aujourd’hui. Chaque enfant peut se motiver, se dépasser et demeurer à l’école. Pourquoi certains n’y parviennent pas… Pourquoi ?…L’évaluation diffère d’une classe à l’autre et il faudrait des tests standardisés…On pourrait analyser les besoins, il devient plus facile de ne pas prendre une part des responsabilités lorsque c’est à des niveaux spécifiques… Quels outils sont disponibles ? Il faut donc développer un outil pour analyser son enseignement et les apprentissages des élèves…On peut retourner dans le passé pour voir leurs forces et leurs défis et il faudra alors prendre sa part de responsabilité…En tant que direction, cela permet aussi de mieux accompagné ses enseignants…Un test de lecture de 25 mots devrait-il être l’outil ?…Les enseignants font le mieux qu’ils font avec ce qu’ils ont…Oui nous évaluons de manière formative et sommative mais les outils diffèrent… Est-ce que nous respectons réellement le r
ythme d’apprentissage
de chaque élève ? Certains passent ou continuent…il n y a pas de demi-année. Est-ce qu’il devrait y avoir plus de services ? Est-ce qu’on les utilise de manière efficace…La bureaucratique fait que le temps contact avec les enfants est au minimum…La qualité versus la quantité… .L’école de rêve devrait répondre aux besoins des apprentissages…L’élève qui a besoin de 9 ans pour réaliser son élémentaire ait la chance de faire les 8 année a cette chance. Il faut continuellement avoir la chance d’aller plus loin et de baisser la barre… Il faut foncer, monter la barre et ne pas attendre qu’on la monte pour vous…Nous avons tous une responsabilité qu’on soit enseignant, parents, etc…C’est à nous de faire une différence et de faire de ce rêve une réalité. Consultante : Pour avoir une école idéale, il faut mettre les services à la disposition des directions d’écoles là où celles-ce demandent des services. Où en sommes nous après dix ans de primaire renouvelé… Peut-on encore utiliser le mot renouvelé ? Cela veut dire quoi de nos jours ?Je rêve d’une école où l’on se préoccupe du bien être de chaque élèves et que leur cerveau est constamment en action à apprendre plus. (dans les rangs, en attendant à faire corriger un travail, etc.…). Le cerveau en action constant c’est quoi ?Il y a quelques barrières…Il faut avoir une réflexion et trouver ce qu’elles sont. Les conditions essentielles pour avoir un cerveau en action ; * École où tous ont des rêves font des actions pour les atteindre. * L’élève a toujours des défis. (Il faut organiser la classe pour qu’il n’y ait pas de pertes de temps et que l’élève puisse aller plus loin. Il faut former les enseignants à cela) * Les parents sont les bienvenus. (Pas seulement pour aider mais pour organiser et participer à tous les niveaux. Les parents ont les mêmes préoccupations que nous.) * Les activités scolaires sont créées à partir des intérêts des élèves dans le but de développer leur autonomie et leur leadership. ( Si on veut qu’ils apprennent, ils doivent planifier et organiser…Ils sont là pour apprendre…) * Les apprenants se posent des questions au lieu de s’en faire poser. * Tous ont le droit de parole et il faut écouter. * Une école où le personnel comprend le pourquoi des interventions et le pourquoi des choses. (Pourquoi ils font du team-teaching, comment les élèves font des transferts…) Il faut en terminant, que la direction d’école ait la capacité de rêver avec son personnel afin que les élèves puissent à leur tour rêver eux aussi. Cette première journée fut enrichissante. En après-midi, nous avons discuté des principes directeurs de l’école primaire… À suivre…